Ukraine : la France pourrait se passer «à terme» du gaz russe, selon le président d'Engie

© BERTRAND GUAY / AFP

La France pourrait être en mesure de se passer "à terme" du gaz russe, a estimé samedi le président du géant français de l'énergie Engie, Jean-Pierre Clamadieu, tandis que l'Union européenne est à la recherche d'alternatives pour réduire sa dépendance énergétique à la Russie . "À terme, oui. La question, c'est à quel terme", a-t-il déclaré au micro de France Inter, avant d'indiquer que la France était "probablement capable de réduire de manière très importante" sa dépendance au gaz russe d'ici "trois ou quatre ans".

Son acheminement, en effet, repose sur tout un réseau d'infrastructures (gazoducs, installations de liquéfaction, etc.) complexe à mettre en place, a indiqué Jean-Pierre Clamadieu. Prévenant fin mars que la France aurait besoin "à moyen terme ou long terme" du gaz russe, et renvoyant la décision aux gouvernements européens, le géant français de l'énergie a progressivement fait évoluer sa position sur la question.

>> LIRE AUSSI - Guerre en Ukraine : comment l'Europe s'organise pour pouvoir se passer du gaz russe ?

"Si nous devions faire face à une interruption brutale, c'est un scénario qui est beaucoup plus difficile, et nécessitera des ajustements qui seront probablement, eux aussi, brutaux", prévient toutefois Jean-Pierre Clamadieu.

Un contrat d'approvisionnement avec la société américaine NextDecade

Cherchant à diversifier ses approvisionnements, le groupe a signé début mai un contrat d'approvisionnement de gaz naturel liquéfié (GNL) sur 15 ans auprès d...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles