Ukraine : Energodar, la ville de la centrale nucléaire de Zaporijjia, bombardée

This handout satellite image courtesy of Maxar Technologies released on August 29, 2022, shows the Zaporizhzhia nuclear power plant in Enerhodar, the plant and the surrounding area shows recent damage to the roof of a building adjacent to several of the nuclear reactors. - The Zaporizhzhia plant -- Europe's largest atomic facility -- has been occupied by Russian troops since the start of the war. (Photo by Handout / Maxar Technologies / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT
HANDOUT / AFP This handout satellite image courtesy of Maxar Technologies released on August 29, 2022, shows the Zaporizhzhia nuclear power plant in Enerhodar, the plant and the surrounding area shows recent damage to the roof of a building adjacent to several of the nuclear reactors. - The Zaporizhzhia plant -- Europe's largest atomic facility -- has been occupied by Russian troops since the start of the war. (Photo by Handout / Maxar Technologies / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Satellite image ©2022 Maxar Technologies" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

HANDOUT / AFP

Cette image satellite de Maxar Technologies, publiée le 29 août 2022, montre la centrale nucléaire de Zaporijjia dans la ville d’Energodar.

GUERRE EN UKRAINE - Energodar, la ville où se trouve la centrale nucléaire de Zaporijjia dans le sud-est de l’Ukraine, a été bombardée ce mardi 6 septembre dans la soirée, quelques heures après la publication d’un rapport de l’AIEA appelant à une « zone de sécurité » autour du site contrôlé par les Russes.

« En ce moment-même, il y a des explosions dans la ville d’Energodar. Les provocations continuent. Il y a des bombardements par les occupants », a indiqué sur Telegram le maire pro-Kiev en exil, Dmytro Orlov.

Les responsables de l’occupation russe dans la région accusent, eux, l’armée ukrainienne de ces bombardements.

Dmytro Orlov a, de son côté, appelé les habitants de cette ville de 50 000 habitants avant la guerre à « rester dans leurs abris » pour se protéger.

Le chef de l’administration présidentielle ukrainienne, Andriï Iermak, a affirmé sur Twitter que « les provocations russes à Energodar, autour du site de la centrale nucléaire, ne marchent pas ».

« La situation actuelle est intenable »

« Une réponse puissante doit être apportée face aux manipulations (russes) ’levez les sanctions-ayez du gaz’ », a-t-il lancé.

Vladimir Rogov, membre de l’administration d’occupation prorusse dans la région de Zaporijjia, a, de son côté, rejeté ces affirmations, indiquant selon lui qu’« un bombardement par les forces armées ukrainiennes » avait abouti « à une deuxième coupure électrique » dans la journée à Energodar.

Depuis plusieurs semaines, le site de la grande centrale nucléaire de Zaporijjia et les alentours, à Energodar, sont bombardés, Kiev et Moscou se rejetant mutuellement la responsabilité de ces frappes.

Ce mardi, l’AIEA avait publié un rapport suite à la visite d’une de ses équipes sur place, appelant à la mise en place d’une « zone de sécurité » pour prévenir un accident nucléaire.

« La situation actuelle est intenable », avait écrit l’instance onusienne, alors que la centrale est occupée par les Russes et se trouve proche de la ligne de front.

À voir également sur Le HuffPost : Zelensky appelle les patrons français à reconstruire l’Ukraine

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi