En Ukraine, une employée de la présidence prise en flagrant délit de corruption

En Ukraine, une employée la présidence ukrainienne a été interpellée mardi 12 novembre pour avoir perçu un pot-de-vin. Elle a été prise en flagrant délit au moment où elle percevait 150 000 dollars.

Ces 150 000 dollars étaient en réalité la première tranche d’un dessous de table de 300 000 dollars, soit environ 270 000 euros. Une somme que la responsable de l’un des départements de l’administration présidentielle avait réclamée pour faciliter la nomination d'une personne au sein de Naftogaz, la compagnie énergétique publique du pays, selon le bureau anticorruption.

Plusieurs médias ukrainiens pointent Svetlana Kondzelu, une femme âgée de 45 ans, qui occupait le poste de directrice du département chargé de répondre aux requêtes des citoyens. Elle a été interpellée mardi en compagnie de plusieurs complices, dont une ancienne vice-ministre de la Culture.

L’affaire illustre la difficulté à laquelle est confrontée la nouvelle administration dans sa volonté de lutter contre la corruption. Dans un communiqué publié sur ses réseaux sociaux, la présidence ukrainienne affirme que : « pour le chef de l'État, il n'y a pas de différence entre ses (équipes) et les autres. La corruption doit être déracinée : plus la position d’un fonctionnaire corrompu est élevée, plus ses infractions sont dangereuses pour l’État ».

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’acteur Volodymyr Zelenskiy, au printemps, la législation anticorruption a été renforcée. Des poursuites ont été engagées contre plusieurs hauts responsables, anciens et actuels. L’employée prise en flagrant délit travaillait à la présidence depuis 10 ans.