En Ukraine, "Emily in Paris" et ses stéréotypes ont outré le ministre de la Culture

·3 min de lecture

SÉRIE - Le ministre ukrainien de la culture n’a pas apprécié l’image véhiculée sur ses concitoyens par la nouvelle saison d’Emily in Paris. Oleksandr Tkachenko s’est indigné que la série phare de Netflix, qui raconte l’histoire d’une jeune américaine (Lily Collins) venue vivre à Paris, représente une femme ukrainienne comme une voleuse sans scrupule dans la saison 2.

“Dans Emily à Paris, nous avons une image caricaturale de la femme ukrainienne qui est inacceptable. C’est aussi insultant” a écrit le ministre sur Telegram.

De fait, dans un des épisodes de la saison 2 d’Emily in Paris, disponible depuis quelques semaines sur Netflix, Emily (Lily Collins) se rend à la Samaritaine faire du shopping avec sa nouvelle amie Petra (Daria Panchenko), qui est ukrainienne, et qu’elle a rencontré lors d’un cours de français.

Sauf qu’au moment de passer à la caisse, Petra tire Emily par le bras et les deux amies s’enfuient du magasin sans payer. Emily outrée récupère les affaires dérobées par son amie et décide d’aller les rendre.

Petra est donc décrite une femme ukrainienne, avide de belles choses, tant qu’elles sont gratuites. “Est-ce ainsi que les Ukrainiens sont perçus à l’étranger? Comme des voleurs qui veulent tout gratuit et qui ont peur d’être expulsé?” a questionné Oleksandr Tkachenko. ”Dans les années 90 et 2000, les Ukrainiens étaient le plus souvent des gangsters dans des films. Avec le temps ça a changé, mais pas dans ce cas précis”, a-t-il encoré ajouté.

Netflix restera en “contact” avec le ministre

Le ministre a adressé un courrier à Netflix pour lui faire part de ses remarques. D’après de Daily Mail, il a par la suite indiqué que la plateforme de streaming l’a remercié pour ses commentaires et lui a assuré vouloir rester en “contact étroit” avec lui pour qu’une telle situation ne se reproduise pas à l’avenir.

Les critiques énoncées par Oleksandr Tkachenko ont été saluées par de nombreux internautes. C’est notamment le cas de Yevheniya Havrylko, un Ukrainien vivant à Paris: “La façon dont vous avez traité l’image des Ukrainiens dans votre deuxième saison, 4e épisode, est un tel tour de passe-passe à bas prix, un scandale absolu et une honte”, écrit-il sur un post Instagram liké près de 75.000 fois.

D’autres en revanche ne sont pas du même avis. Selon la BBC, Natalka Yakymovych, une productrice, elle aussi originaire d’Ukraine, a notamment fait référence aux tensions entre l’Ukraine et la Russie, en indiquant notamment: “Donc, dans une série télévisée, les personnages négatifs peuvent être tout sauf ukrainiens? Évidemment, nous aimerions tous qu’elle soit de Moscou, mais on n’a pas toujours ce qu’on veut.”

Ce n’est pas la première fois que la série Emily in Paris fait l’objet de critiques. La saison 1 avait été (vivement et évidemment) accusée de véhiculer de très nombreux clichés sur les Français et les Parisiens.

À voir également sur Le HuffPost: Toulouse, Alfortville... “Emily in Paris” a du mal avec la géographie

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles