Ukraine: dans le Donbass, rester mobilisé alors que la guerre s'allonge

Dans l'est de l'Ukraine, l'offensive lancée il y a plus d'une semaine avance lentement. Les bombardements sont intenses, mais les forces russes s'installent difficilement, village après village. Nos envoyées spéciales ont rencontré une unité de la Défense territoriale du Donbass, tandis que des civils continuent de tenter de fuir.

Avec nos envoyées spéciales dans le Donbass, Oriane Verdier et Aabla Jounaïdi

Sur un chemin de terre, quelque part aux alentours de Slaviansk, trois hommes en treillis militaire nous attendent. Leur chef de l'unité est un ancien photographe de paysages. Il expose l'un des enjeux :

Il y a beaucoup de personnes ici qui soutiennent les Russes – qui sont des séparatistes, quoi. Slaviansk est connue comme étant majoritairement séparatiste. Ces personnes ont déjà donné toutes les positions de l'armée aux Russes, mais nous essayons quand même de rester discrets.

Au loin, on entend des bruits de tirs. Ce ne sont que des entraînements, nous explique Ruzlan, le seul à avoir une formation militaire.

Un soldat doit apprendre à devenir ami avec son arme. Moi, quand j'ai commencé le service militaire, pendant des mois je vivais et dormais avec mon arme.

Les forces de Défense territoriale ont été constituées de civils pour servir d'appui à l'armée conventionnelle. Ici, tous viennent du Donbass et se disent prêts à mourir pour leurs terres. Mais face à un front statique, il est difficile de garder les troupes motivées, explique le chef de l'unité.

On ne peut pas dire qu'ils s'ennuient, mais il y a des gens qui sont actuellement sur le front, engagés dans des combats intenses. Nous sommes tous venus pour nous battre, et pour l'instant on ne fait que des patrouilles dans la ville. Donc, j'essaie de remotiver mon unité en permanence.

Les troupes russes ont tout de même effectué deux percées au nord-est et au nord-ouest de Slaviansk. Depuis le 24 février, chacun tente de garder en tête que la situation peut basculer d'un moment à l'autre.

► Lire aussi : Dans le Donbass entre séquelles du passé et peur du présent

Un volontaire évacue les civils du front

Certains civils continuent de tenter de fuir. Des évacuations sont organisées, en particulier dans les zones que les forces pro-russes menacent de prendre de manière imminente.

Vlad Savtchenko est un volontaire qui organise quelques-unes de ces évacuations dans les villes et villages du Donbass. Voilà un mois qu'il passe ses journées sur les routes à bord de son minibus. Des routes plus dangereuses que jamais, dans le nord de la région, où les Russes resserrent leur emprise.

Aujourd'hui, nous avons évacué des habitants de Severodonetsk et d'un village près de Lyssytchansk. Nous avons aussi évacué plusieurs personnes à Lyman et Popasna, où la situation est terrible. Aujourd'hui, dans mon petit van, j'ai évacué onze personnes dont la moitié sont des enfants. Les gens dans les villages ne partent pas tout de suite. Ils attendent de voir. Dans les villes, ils restent dans les caves, les abris. Je ne sais pas ce qu'ils attendent. Une femme m'a dit « j'ai un toit sur la tête ». Je ne suis pas sûre d'en trouver ailleurs ». Moi, je les rassure en leur disant que ma propre famille est en Pologne. On leur a donné un logement et de quoi vivre.

Avec son équipe de trente volontaires, Vlad Savtchenko assume d'agir pour des raisons humanitaires, mais aussi en faveur de l'armée ukrainienne.

Certains ne veulent pas partir. Mais pour l'armée, ce serait beaucoup plus facile si tout le monde s'en allait. Elle n'aurait pas à se soucier de la présence de civils et se concentrerait sur le combat contre l'ennemi. Si vous ne partez pas à temps, c'en est fini pour vous. À Rubizhne, la ville est en partie tenue par les Ukrainiens, et l'autre par les Russes. Il y a des combats de rue. Pour beaucoup de civils qui ont décidé de rester, j'ai peur que leur seul moyen de sortir, ce soit dans des sacs noirs.

Ce mercredi, Kiev a reconnu une avancée des troupes russes dans la région. Annonçant sans doute de nouvelles évacuations à organiser pour Vlad Savtchenko.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles