Guerre en Ukraine : « Par définition, la victoire nécessite une escalade », avertit Claude Malhuret

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ukraine : "Par définition, la victoire nécessite une escalade", avertit Claude Malhuret

L’Allemagne va fournir à l’Ukraine des chars lourd Leopard 2. La décision, tombée ce mercredi matin, met fin à des semaines de négociations, Kiev réclamant de longue date la livraison de ce type de matériel, susceptible de lui donner l’avantage sur le terrain face à la Russie. Réagissant à cette annonce, le sénateur Claude Malhuret, président du groupe Les Indépendant, a voulu interpeller la Première ministre Élisabeth Borne, mercredi après-midi lors de la séance de questions au gouvernement, appelant le gouvernement français à suivre l’exemple allemand et à monter en puissance dans la fourniture d’armes, afin d’accélérer la résolution d’un conflit qui fait rage depuis onze mois.

« Poutine ne peut plus être l’excuse de nos indécisions »

« Les Européens ont échoué il y a quelques jours à s’accorder sur la livraison de chars lourds, une immense déception qui a cédé la place, aujourd’hui, à un immense soulagement : l’accord des Allemands, pressés par l’Europe du Nord et l’Europe de l’Est, pour livrer les Leopard 2 », a salué le sénateur de l’Allier. « On ne peut dire aux Ukrainiens qu’on les soutiendra jusqu’à la victoire finale et dire que l’on ne veut pas d’escalade car, par définition, la victoire nécessite une escalade », a relevé Claude Malhuret. « Depuis un an, nous laissons à Poutine le monopole de l’escalade, c’est lui qui fixe les lignes rouges, et nous qui craignons de les franchir », a-t-il déploré. « Poutine ne peut plus être l’excuse de nos indécisions. »

« La France va-t-elle fournir les armements capables de changer l’issue de la guerre, les chars et une défense sol-air efficace ? », a lancé ce proche d’Édouard Philippe à Élisabeth Borne. « Le gouvernement français compte-t-il se joindre à nos alliés et livrer l’armement lourd indispensable ? Quand compte-t-il le faire ? Chaque jour de retard est un jour de deuil en Ukraine », a-t-il encore martelé. « Si le coup du soutien à la guerre en Ukraine est élevé, (...) Lire la suite sur Public Sénat

JO : le Sénat vote en faveur du retour des CRS/maîtres-nageurs-sauveteurs sur les plages, dès la fin des Jeux

Des opposants à la loi anti squat manifestent devant le Sénat

IVG dans la Constitution : le texte rejeté une seconde fois en commission au Sénat

Réforme des retraites : un impact « très faible » sur les finances publiques en 2023, selon Pierre Moscovici

L’armée pour sécuriser les JO 2024 ? Gérald Darmanin ne l’écarte pas totalement, en dernier ressort