Ukraine : comment les constructeurs font face à la pénurie de matériaux provoquée par la guerre ?

© Nicolas Guyonnet / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

141.900 permis de construire ont été délivrés pour le premier trimestre de l’année. Un record depuis 15 ans. Pourtant, le manque de matériaux et l’allongement des délais de livraisons inquiètent les entreprises du bâtiment.

Construire une maison sans tuile, sans brique ou sans fenêtres, cela peut vite devenir compliqué. Pourtant, c’est bien la situation dans laquelle pourrait se retrouver certains constructeurs si le contexte actuel perdure. Face à l’augmentation du nombre de permis de construire, les matériaux peinent à arriver en temps et en heure.

 

>> LIRE AUSSI - Pourquoi le secteur du bâtiment va (beaucoup) mieux en 2021

"Mon carnet de commande a doublé en un an". Au premier abord, c’est une excellente nouvelle pour David Lacroix, président de deux sociétés de construction en Ile-De-France. Néanmoins, depuis plusieurs mois maintenant, il fait face à des retards de livraison de matériaux.

Des délais de livraisons multipliés par deux

En effet, une partie de ses marchandises proviennent des usines du sud de l’Ukraine et notamment de celle d’Azovstal , actuellement sous les bombardements. Impossible pour les camions de transports d’y arriver. Ainsi, les délais de livraisons s’allongent. "C’est au minimum deux mois de plus qu’avant la guerre. Cela concerne majoritairement la brique ou la tuile", explique David Lacroix.

Des marges réduites

Des marchandises plus rares mais aussi plus cher. Par exemple, le prix de la tuile a augmenté de 30%. Des coûts supplémentaires qui r...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles