Ukraine: pour le chef de l'Otan, Kiev fait face à une "brutalité" inédite en Europe "depuis la Seconde Guerre mondiale"

Jens Stoltenberg, le 24 mars 2022. - Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
Jens Stoltenberg, le 24 mars 2022. - Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

L'Ukraine fait face à "une brutalité" inédite en Europe "depuis la Seconde Guerre mondiale" en raison de son invasion par la Russie, a dénoncé mardi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, à quelques heures de l'ouverture d'un sommet de l'Otan à Madrid.

Une attaque meurtrière sur un centre commercial

Ces propos surviennent au lendemain d'une attaque russe ayant ravagé un centre commercial bondé à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine, faisant au moins 18 morts, selon un bilan encore provisoire. Cette frappe a été qualifiée de "crime de guerre" par les pays du G7.

Les pays de l'Otan, qui ont déjà fourni des milliards de dollars d'armes à Kiev, vont convenir à Madrid "d'un programme d'assistance complet à l'Ukraine pour l'aider à faire respecter son droit à la légitime défense", a déclaré Jens Stoltenberg lors d'un point presse aux côté du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

"Il est extrêmement important que nous soyons prêts à continuer à apporter notre soutien parce que l'Ukraine fait face aujourd'hui face à une brutalité que nous n'avions plus vue en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale", a exhorté le responsable de l'Otan.

Plus de 40 chefs d'État réunis à Madrid

Le sommet de l'Alliance atlantique, qui débute mardi après-midi et doit se poursuivre jusqu'à jeudi, va réunir plus de 40 chefs d'Etat et de gouvernement dans la capitale espagnole. Il sera consacré en grande partie à la guerre en Ukraine, déclenchée le 24 février par la Russie.

Ce sommet sera l'occasion de faire passer "un message d'unité des démocraties, qui s'unissent pour défendre la démocratie et ses valeurs", a souligné pour sa part Pedro Sanchez, défendant "un ordre international fondé sur des règles".

Le sommet de Madrid, qui s'accompagnera de multiples rencontre bilatérales entre pays membres de l'Alliance, doit aussi permettre de trouver des solutions pour lever le veto turc à l'adhésion à l'Otan de la Finlande et de la Suède.

"Nous espérons faire des progrès" sur cette question, a insisté Jens Stoltenberg, qui doit prendre part, mardi à Madrid, à une rencontre entre le président turc Recep Tayyip Erdogan, son homologue finlandais et la Première ministre suédoise.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles