Ukraine: après "l'opération spéciale", la télévision russe parle désormais de "Troisième Guerre mondiale"

·2 min de lecture
La présentatrice Olga Skabeïeva sur Russia 1 le 15 avril 2022 - Russia 1
La présentatrice Olga Skabeïeva sur Russia 1 le 15 avril 2022 - Russia 1

876450610001_6304442892001

Le mot guerre était proscrit, mais le terme Troisième Guerre Mondiale ne semble pas poser de problème. Après la destruction, jeudi dernier, du vaisseau-amiral russe Moskva par l'armée ukrainienne, sur les plateaux télévisés russes pro-Kremlin, la colère était perceptible.

Dans l'émission-débat "60 minutes" - programme politique populaire diffusé sur l'antenne Russia1, sous contrôle du gouvernement - la présentatrice Olga Skabeïeva, très connue dans le pays, n'a pas hésité à dire vendredi dernier que le conflit actuel en Ukraine était une Troisième Guerre mondiale.

"L'opération spéciale russe en Ukraine s'est transformée en ce que l'on peut facilement qualifier de Troisième Guerre mondiale, c'est tout à fait clair", déclare la présentatrice.

"En ce moment nous nous battons, et si ce n'est contre l'Otan lui-même, au moins contre les infrastructures de l'Otan, et par extension nous nous battons contre les États-Unis".

"Stop, l'opération militaire spéciale est terminée"

Dans d'autres extraits, on peut l'entendre parler de la livraison d'armes à l'Ukraine, et dire "nous devrions sérieusement penser à détruire les chemins de fer". Dans le même temps, un invité appelle à bombarder Kiev, alors que des images de chefs de gouvernements étrangers, en visite dans la capitale ukrainienne, passent à l'écran.

"Stop, l'opération militaire spéciale est terminée, elle a pris fin hier soir quand notre mère-patrie a été attaquée" lance cet homme vendredi, après que le navire-amiral russe ait coulé. Selon lui il s'agit d'un "cas absolu de guerre".

Avec d'autres journalistes et présentateurs de télévision pro-Kremlin, dès fin février, cette présentatrice avait été ajoutée à la liste noire de l'Union Européenne recensant les personnalités sanctionnées par un gel de leurs avoirs et une interdiction de séjour, à cause de leur soutien à la guerre de Moscou contre l'Ukraine.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles