Ukraine: après le débat, Bardella attaque Navalny et Zelensky

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jordan Bardella le 21 avril 2022 sur BFMTV - BFMTV
Jordan Bardella le 21 avril 2022 sur BFMTV - BFMTV

876450610001_6304589893001

Déminer le sujet en pleine guerre en Ukraine et sur fond d'accusations d'Emmanuel Macron. Alors que Volodymyr Zelensky a évoqué ce mercredi soir sur BFMTV ses "bonnes relations avec Emmanuel Macron" et qu'Alexeï Navalny, l'opposant russe actuellement emprisonné a fait entendre de sévères critiques contre le financement du RN, Jordan Bardella s'est attelé à désamorcer les critiques ce jeudi.

Navalny et son "ingérence dans la politique française"

"Personne ne le connaît. C'est de l’ingérence dans la politique française", a dénoncé le patron du Rassemblement national ce jeudi sur BFMTV pour répondre aux accusations du militant russe.

Dans une série de tweets quelques heures avant le débat, Alexeï Navalny a dénoncé "l'influence russe" de Vladimir Poutine dans l'élection. "J'ai été choqué d'apprendre que le parti de Marine Le Pen a obtenu un prêt de 9 millions auprès de la banque FCRB. Croyez-moi, il ne s'agit pas d'une simple 'affaire douteuse'. Cette banque est une agence de blanchiment d'argent bien connue, créée à l'instigation de Poutine", écrit l'opposant russe depuis la colonie pénitentiaire où il est ctuellement incarcéré, à l'est de Moscou.

Emmanuel Macron s'est également emparé du sujet ce mercredi soir lors du débat d'entre-deux-tours. "Vous parlez à votre banquier quand vous parlez de la Russie", lui a lancé le président. Marine Le Pen a répondu ne pas avoir eu le choix, expliquant qu'"aucune banque française n'a voulu (lui) accorder de prêt".

Zelensky ne doit pas "se laisser avoir par la désinformation"

Jordan Bardella est également revenu sur l'interview de Volodymyr Zelensky ce mercredi sur BFMTV.

"Je l'invite juste à ne pas se laisser avoir par la désinformation qui peut être faite aujourd'hui par nos opposants politiques qui cherchent à effrayer les Français pour se maintenir en place", a assuré le député européen ce jeudi sur notre antenne.

Tout en assurant "être persuadé de ne pas avoir le droit d'influencer" la campagne électorale française, le président ukrainien a indiqué avoir "évidemment des relations avec Emmanuel Macron" et ne pas vouloir "les perdre".

Il est également revenu sur la situation délicate de Marine Le Pen. Celle-ci a en effet été interdite de séjour par le ministère des Affaires étrangères local le 5 janvier 2017, au lendemain de déclarations dans lesquelles elle défendait l'annexion de la Crimée par la Russie.

"Si madame la candidate venait à comprendre qu'elle s'est trompée, notre relation pourrait changer", a encore indiqué le dirigeant ukrainien.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles