Ukraine: pour Amnesty, le bombardement du théâtre de Marioupol est "clairement un crime de guerre"

Selon un rapport d'Amnesty International publié ce jeudi, le nombre de tués lors du bombardement serait bien moins important qu'estimé. En mars, la municipalité de Marioupol avait fait état d'environ 300 morts.

Le bombardement le 16 mars du théâtre de Marioupol, en Ukraine, dans lequel de nombreux civils s'étaient réfugiés, est "clairement un crime de guerre" russe, affirme ce jeudi un rapport d'Amnesty international, pour qui le nombre de victimes est toutefois largement inférieur à ce qui était craint.

"Jusqu'à présent, nous parlions d'un crime de guerre présumé. Maintenant, nous pouvons clairement dire que c'en était un, commis par les forces armées russes", a affirmé Oksana Pokaltchouk, la directrice d'AI en Ukraine.

Des images satellite prises avant et après l'attaque montrent qu'il n'y avait "pas de présence militaire ukrainienne autour du théâtre", a-t-elle souligné. "Alors qu'il y avait tellement de cibles militaires, (les Russes) en ont choisi une civile", a-t-elle déploré.

"Au moins une douzaine de personnes sont mortes"

Amnesty dénonce une attaque "délibérée" contre un site accueillant des centaines d'innocents, devant lequel le mot "enfant" était écrit en grandes lettres blanches, ce qui en fait "clairement un crime de guerre".

"Amnesty international pense qu'au moins une douzaine de personnes sont mortes dans l'attaque, et sûrement bien davantage, et que beaucoup d'autres ont été sérieusement blessées", peut-on lire dans ce rapport, élaboré à partir des témoignages d'une cinquantaine de témoins et de nombreux experts.

"Cette estimation est inférieure aux précédents décomptes", reconnaît l'ONG. Elle est basée sur le fait que de nombreux réfugiés du théâtre avaient réussi à fuir Marioupol "les deux jours précédant l'attaque", et que "la plupart de ceux qui y étaient restés se trouvaient dans les sous-sols et dans d'autres zones protégées de l'explosion", détaille-t-elle.

"C'est une bonne nouvelle que moins de personnes aient été tuées. Mais ça ne change rien" sur le fond, souligne Oksana Pokaltchouk. Et d'insister: peu importe le nombre de victimes, l'attaque du théâtre de Marioupol est "clairement un crime de guerre".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Volodymyr Zelensky: "La Russie veut humilier l'OTAN"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles