Ukraine : 959 militaires d’Azovstal se seraient rendus aux Russes

Constitués prisonniers, des soldats ukrainiens sont parqués dans des bus par les forces russes (photo d'illustration).
Constitués prisonniers, des soldats ukrainiens sont parqués dans des bus par les forces russes (photo d'illustration).

Presque la totalité des soldats retranchés dans l'aciérie Azovstal aurait déposé les armes, selon le Kremlin. Le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi 18 mai que 959 militaires ukrainiens, retranchés sur le site sidérurgique d'Azovstal de Marioupol, se sont rendus depuis lundi. « Au cours des 24 dernières heures, 694 combattants, dont 29 blessés, se sont constitués prisonniers. Depuis le 16 mai, 959 combattants, dont 80 blessés, se sont constitués prisonniers », a indiqué le ministère dans un communiqué. Selon la même source, 51 d'entre eux ont été hospitalisés à Novoazovsk, localité sous contrôle des Russes et de leurs alliés séparatistes.

À LIRE AUSSIGuerre en Ukraine : les femmes et les enfants évacués de l'usine Azovstal

Le ministère n'a donné aucune indication quant au sort qu'il réservait à ces prisonniers, alors que les autorités russes ont indiqué à maintes reprises qu'elles ne considéraient pas au moins une partie d'entre eux comme des soldats mais comme des combattants néonazis. Les autorités ukrainiennes veulent, elles, organiser un échange de prisonniers de guerre. Ces militaires ukrainiens étaient retranchés dans les galeries souterraines de l'immense aciérie d'aciérie Azovstal, devenant un symbole international de la résistance à l'offensive russe lancée le 24 février.

Le port stratégique de Marioupol où se situe le site industriel a été complètement ravagé par les combats.

À LIRE AUSSIGuerre en Ukraine : face à l'armée russe, l'usine [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles