Ukraine : à Kramatorsk, ces habitants traumatisés qui vivent sous les sirènes d'alerte

Le 8 avril dernier, dans la ville de Kramatorsk dans le Donbass, la gare avait été bombardée par l'armée russe, faisant plus de 50 morts . Une date qui résonne douloureusement pour les habitants, traumatisés par ce drame alors que l'invasion russe de l'Ukraine  dure depuis plus de 110 jours. Des habitants qui vivent en permanence dans les fracas des sirènes d'alerte aux bombardements, comme le rapporte l'envoyé spécial d'Europe 1 Nicolas Tonev. Cette sirène se traduit en un son lancinant, envahissant, abrutissant. Le front vient par haut parleur dans les rues de la ville.

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-8 en podcast et en replay ici 

Pourtant, Irina se trouve devant son magasin d'alimentation ouvert, pimpante et indifférente. "C'est du matin au soir, 24 heures sur 24, ces sirènes d'alerte aux bombardements", décrit-elle au micro de notre envoyé spécial en Ukraine . "Je ne les remarque plus, je ne les entend plus. Ça fait trois mois que ça dure", souffle-t-elle.

Des clients de plus en plus nombreux

À la tête de cette épicerie, Irina est aux premières loges pour observer ce qui se passe en ville. Une première remarque paradoxale, c'est que les clients sont de plus en plus nombreux. "Ces deux dernières semaines, il y a eu une tendance étrange : plus le front se rapproche, plus il y a de gens qui reviennent en ville", explique une habitante au micro de Nicolas Tonev.

"Je pense que les gens partis il y a deux ou trois mois, selon ma supposition, ils rentrent à la mais...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles