Ukraine: à Kiev, consommer moins pour éviter l'effondrement du système électrique

AP - Andrew Kravchenko

Ce lundi 7 novembre, les coupures d'électricité sont de plus en plus importantes à Kiev. Dimanche, le quotidien américain The New York Times a révélé que la mairie réfléchissait à un plan d'évacuation des trois millions d'habitants de la ville en cas de blackout total. Il semble surtout que les autorités et les opérateurs poussent les usagers à consommer le moins possible d'électricité, quitte à allonger les périodes dans le noir.

Avec notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan

La grande hantise des autorités ukrainiennes est un effondrement total du réseau électrique, et par effet domino, des systèmes de distribution d'eau et d'évacuation, alors qu'actuellement, 40% des infrastructures en Ukraine ont été touchées et que les réparations prennent forcément plusieurs jours.

Dans ce contexte, ce lundi, la durée des coupures d'électricité, dans la ville de Kiev, a augmenté de 30%, alors que pourtant, pour le premier lundi depuis un mois, l'agglomération n'a pas connu de bombardement massif de missiles ou de drones.

Les coupures, généralisées en banlieue, touchent désormais le centre-ville, les quartiers huppés de Petchersk ou des Portes d'or. La plupart des commerces sont à l'arrêt, sauf s'ils disposent d'un générateur, et passé 16h30, heure à laquelle tombe l'obscurité, les passants s'orientent dans la rue avec une lampe électrique.

Pour l'instant, beaucoup d'habitants prennent la situation avec philosophie. Certains Kiéviens redécouvrent parfois avec un certain plaisir la sensation d'une vie plus lente, d'un calme intérieur, de la lecture au lieu des écrans, et des soirées à la bougie.


Lire la suite sur RFI