Ukraine: à Izioum, après les missiles, l'hiver

© RFI/Clea Broadhurst

Dans un grand nombre de villes de l’est de l’Ukraine, il n’y a plus d’eau, plus d’électricité et l’hiver arrive à grand pas. Le World Central Kitchen fait partie des organisations humanitaires qui vont dans les villes sous le feu comme Bakhmout, et dans les villes libérées telles qu’Izioum, pour distribuer repas, paquets alimentaires et nécessaires pour survivre aux températures négatives.

Avec notre envoyée spéciale à Izioum, Clea Broadhurst

Une fois son nom appelé, sac plastique rempli de provisions en main, Sergii raconte qu’il a appris par ses voisins qu’une distribution alimentaire avait lieu ici. « Avant, je gagnais bien ma vie à Kharkiv. Mais en février, cette bulle a éclaté, raconte-t-il. C’est difficile, car nous n’avons pas de travail, il y a des produits au marché et dans les magasins, mais nous n’avons pas d’argent. On est libres, mais nous voilà au milieu de toute cette merde. »

Ekaterina, volontaire pour World Central Kitchen, explique qu’ils viennent ici plusieurs fois par semaine. « Nous faisons face à deux problèmes : l’hiver et les missiles, raconte-t-elle. Mais les gens n’ont pas peur. Ils veulent reconstruire leurs maisons et revenir à la normale. Nous devons aider ces gens à survivre. »

► À lire aussi : L’hiver, la nouvelle arme des Russes contre les Ukrainiens

À la sortie du bunker, un petit poste de radio est allumé, leur façon à eux d’avoir les dernières nouvelles.


Lire la suite sur RFI