L'UFC-Que Choisir attaque Viagogo en justice pour pratiques commerciales "agressives et trompeuses"

Le site Viagogo épinglé par l'UFC-Que Choisir (illustration) (Photo : STR/AFP via Getty Images)

Après avoir mené une enquête aux conclusions édifiantes sur les pratiques du site de revente de billets en ligne Viagogo, l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a déposé une plainte devant le Tribunal judiciaire de Paris et appelle les internautes à ne pas recourir à ce site pour éviter les arnaques.

Des pratiques commerciales “déloyales, trompeuses et agressives”, le tout sur fond d'illégalité. Les conclusions de l'enquête au long cours menée par l'UFC-Que Choisir sur Viagogo sont accablantes pour le site de revente de billets en ligne. À tel point que l'association d'information et de défense des consommateurs a déposé une plainte devant le tribunal judiciaire de Paris, comme elle l'annonce dans un communiqué publié ce mardi matin.

Manœuvres d'intimidation et frais exorbitants

Alors qu'il se présente comme une simple plate-forme de mise en relation des revendeurs et acheteurs de billets pour des événements culturels ou sportifs, Viagogo patauge en réalité dans les pires travers de la spéculation commerciale sur internet. “Le site multiplie les alertes, les chronomètres oppressants, les messages biaisés pour précipiter l’acte d’achat du consommateur, détaille l'UFC-Que Choisir, tout en lui occultant l’information essentielle, à savoir le prix.”

Malheureusement très répandues sur ce type de plate-formes (les habitués des sites de réservation d'hébergements ou de billets d'avion en savent quelque chose), ces manœuvres d'intimidation du client n'en constituent pas moins un abus. Dans le cas de Viagogo, celui-ci était en plus, jusqu'à il y a peu, aggravé par la dissimulation du prix final tout au long du parcours d'achat. L'UFC-Que Choisir a en effet calculé que les frais ajoutés par le site au dernier stade de la commande “représentaient en moyenne 34% du prix des places” ! L'association précise toutefois que se sachant observé de près, Viagogo a récemment modifié à la baisse les montants de ces frais.

Pas de front commun du côté des organisateurs d'événements culturels et sportifs

Mettant en cause “l'architecture même” du site Viagogo, l'association de défense des consommateurs accuse également celui-ci de prospérer dans la plus pure illégalité. La loi française interdit en effet la revente de billets à des fins spéculatives. “Il y a une infraction prévue dans le code pénal à ce sujet, et d'ailleurs Viagogo est allé devant le Conseil Constitutionnel pour essayer de l'annuler, mais a perdu son recours”, explique Raphaël Bartlomé, responsable juridique à l’UFC-Que Choisir, qui a activement participé à cette enquête.

“Chacun des organisateurs de spectacle concernés pourrait en théorie déposer une plainte, Roland-Garros l'a fait par exemple, l'UEFA et d'autres cherchent à le faire, mais il n'y a pas de combat commun en ce sens, regrette le juriste. Ce qui se passe, c'est que plutôt que de lutter directement contre Viagogo, les professionnels essayent de le court-circuiter en mettant en place leurs propres bourses d'échanges officielles, sans possibilité de spéculation, avec l'idée de proposer une alternative sécurisante pour les consommateurs.”

Près de 500 victimes recensées jusqu’ici

De son côté, l'UFC-Que Choisir a donc décidé d'attaquer le problème de front en déposant une plainte contre Viagogo. “Comme il s'agit d'une pratique illicite, nous avons la possibilité de le faire même si nous ne sommes pas nous-même un organisateur d'événements, précise Raphaël Bartlomé. Tout en effectuant notre enquête en profondeur, nous avons donc sollicité de la part de différents organisateurs des attestations pour montrer que tout cela se fait sans leur autorisation.”

L'association a également récolté près de 500 témoignages de clients victimes des pratiques trompeuses et agressives de Viagogo, et ce n'est sans doute que le début. “Une fois l'instruction véritablement lancée, nous lancerons un nouvel appel à témoignages afin que toutes les victimes puissent se faire connaître et se constituer partie civile”, explique Raphaël Bartlomé. En attendant, l'UFC-Que Choisir appelle les internautes désireux de revendre ou d'acheter une place d'éviter à tout prix Viagogo et de privilégier les billetteries ou bourses d’échanges officielles.