UFC: Khabib Nurmagomedov bat Justin Gaethje et prend sa retraite

·2 min de lecture

Khabib Nurmagomedov a défendu son titre de champion du monde des poids légers de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), la plus prestigieuse ligue d'arts martiaux mixtes (MMA), ce 24 octobre 2020 à Abou Dabi. Tout juste après avoir battu l’Américain Justin Gaethje par soumission lors de l'UFC 254, le Russe a annoncé que c’était son dernier combat.

Khabib Nurmagomedov est prostré en larmes, sur la surface de combat de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), ce 24 octobre 2020 à Abou Dhabi. Le Russe vient pourtant de défendre avec succès pour la troisième fois son titre de champion du monde d’arts martiaux mixtes (MMA), au sein de la prestigieuse UFC. Mais pour le roi des poids légers, le MMA professionnel, c’est fini, assure-t-il.

Le Daghestanais de 32 ans vient de soumettre l’Américain Justin Gaethje au deuxième round, après l’avoir malmené durant le premier. Une véritable démonstration de force de la part de celui qui présente désormais un bilan de 29 victoires en autant de combats. Mais Khabib Nurmagomedov ne se voit pas tenter le 30-0.

Trop marqué par la mort de son père

« C'était mon dernier combat, lâche-t-il au micro de l’UFC, sitôt sa ceinture conservée. Je ne peux pas venir ici sans mon père. Je promets que ce sera mon dernier combat. Si je donne ma parole, je dois la tenir ».

L’intéressé n’a visiblement pas digéré la mort de son père, Abdulmanap Nurmagomedov, qui était également son coach de toujours. Ce dernier avait succombé au Covid-19 en juillet dernier.

Une machine devenue une icône

Khabib Nurmagomedov était pressenti pour affronter Georges Saint-Pierre, une autre légende du MMA et de l’UFC retraitée depuis 2017. Ce choc tant espéré n’aura sans doute pas lieu, même si Abdulmanap Nurmagomedov en rêvait pour son fils.

Khabib Nurmagomedov était encore peu connu du grand public avant son sacre face à Al Iaquinta en avril 2018 et surtout sa première défense de titre face à la superstar Conor McGregor en octobre 2018. Depuis, l’Irlandais brûlait d’avoir sa revanche. Lui aussi devra sans doute se faire une raison.