UE : quelles sont les leçons à tirer de la crise grecque ?

C'est en Grèce qu'a éclaté, il y a douze ans, l'une des plus grandes crises de l'Union européenne. À l'époque, le pays avait annoncé qu'il risquait de faire défaut sur sa dette, menaçant ainsi la viabilité de la zone euro elle-même.

Pour éviter le défaut de paiement, l'Union européenne et le Fonds monétaire international ont débloqué des centaines de milliards d'euros de fonds d'urgence. En échange, les créanciers ont exigé qu'Athènes mette en œuvre une politique d'austérité, ce qui a finalement entraîné une augmentation substantielle de la pauvreté.

Dans l'émission d'Euronews The Global Conversation, deux acteurs clés de la gestion de la crise grecque reviennent sur les événements : l'ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le dernier ministre grec des Finances en exercice à l'époque du renflouement, Euclide Tsakalotos. Puis l'actuel chef de l'économie grecque, Christos Staikouras, évoque la santé économique et financière du pays.

Efi Koutsokosta, Euronews :

La Grèce est finalement sortie officiellement du programme de surveillance renforcée après 12 ans de souffrance et une crise de la dette écrasante. Qu'est-ce que cela signifie pour les citoyens grecs et pour l'UE ?

Jean-Claude Juncker, ancien président de la Commission européenne :

Les citoyens grecs eux-mêmes ont beaucoup, beaucoup de raisons d'être fiers. Parce qu'ils ont énormément souffert pendant cette terrible période. Leur dignité n'a pas toujours été respectée. Les mesures imposées à la société grecque étaient trop austères. Et donc le fait que, maintenant, la Grèce soit sortie non pas de l'euro mais du programme est une bonne nouvelle pour le pays. C'est aussi une bonne nouvelle pour l'Europe parce que cela montre, indépendamment de toutes les erreurs qui ont été commises, que la solidarité européenne existe et que ceux qui ont défendu la Grèce, ce qui était mon cas, ont eu raison de dire non à ceux qui voulaient l’exclure de la zone de la monnaie unique.

Efi Koutsokosta :

Nous voyons qu'aujourd'hui encore, il y a des partis populistes en Europe qui utilisent l'exemple de la Grèce et la façon dont l'UE s'est comportée avec le peuple grec pour rendre Bruxelles responsable de tous les problèmes des citoyens. Que dites-vous de cela ? Y a-t-il une part de vérité dans ces accusations ?

Jean-Claude Juncker :

L'Union européenne n'a pas été le problème, c'est la Grèce qui a été le problème. Parce que pendant de nombreuses années, la Grèce ne s'est pas souciée des budgets, de la dette publique, etc. C'était donc la faute de la Grèce. Mais la façon dont l'Union européenne l’a traitée n'a pas été la meilleure possible. Finalement, après tant d'efforts, le succès est là. Donc les populistes sont à court d'arguments s'ils font référence à la Grèce. Ils devraient, comme je le fais, admirer le courage du peuple grec au lieu d’essayer de déformer la réalité.

Efi Koutsokosta :

A l'époque, on a eu l'impression que le processus décisionnel était entre les mains des Allemands. L'UE est-elle trop dominée par l’Allemagne ?

Jean-Claude Juncker :

En ce qui concerne la Grèce, l'Allemagne n'est pas le seul pays à avoir été très critique à son égard. Les Néerlandais, les Autrichiens, les Slovaques, les Slovènes, les Finlandais et d'autres n'ont jamais cessé d'attaquer la Grèce pendant la crise. L'Allemagne n'était donc pas la seule, elle n’a pas dominé et ne domine pas l'ensemble de l'Union européenne. Parfois, les Allemands peuvent donner l'impression qu'ils sont les maîtres de l'Europe mais ce n'est manifestement pas le cas.

Efi Koutsokosta :

Mais on a parfois l’impression que quand les Allemands changent d'avis sur une question, tout le monde change aussi d'avis pour se rapprocher d’un consensus européen. Ça a été le cas avec la Grèce et c'est encore le cas aujourd’hui.

Jean-Claude Juncker :

Oui, mais ce n'est pas seulement dû au fait que les Allemands sont très impliqués dans l’Europe. Tous les pays sont impliqués parce que les 27 savent maintenant qu’ils doivent se serrer les coudes et parvenir à se mettre d’accord. C’est la meilleure façon pour l'Europe de faire face à ce genre de crises.

Le référendum grec de 2015

Jean-Claude Juncker :

Lorsque le Premier ministre Tsipras a décidé d'organiser un référendum sur le programme, j'ai dû me battre pour empêcher les autres Etats membres de demander officiellement la sortie de la Grèce de la zone euro. Parce que ce référendum était un scandale, les gens en Grèce ont voté non. Mais le programme tel qu'il avait été décidé a été mis en œuvre. Le programme était exactement...

Efi Koutsokosta :

... le même ? Était-il le même que celui pour lequel ils ont voté non ?

Jean-Claude Juncker :

Oui. Ça a été une erreur pour les Grecs eux-mêmes parce qu'ils ont voté pour quelque chose qui n'a pas existé. Ça a été inutile. Et cela a créé des turbulences sur les marchés financiers, la Grèce a été mise sous pression plus qu'avant, donc j'aimerais oublier ce chapitre.

Euronews, The Global Conversation
Euclide Tsakalotos, ancien ministre grec des Finances - Euronews, The Global Conversation

Euclide Tsakalotos, ancien ministre grec des Finances :

Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, il n'y a pas eu beaucoup de solidarité au cours des six premiers mois, avant que nous parvenions à trouver un compromis. Le programme initial de Juncker, que nous avons soumis à un référendum, était totalement inacceptable. Il était punitif, il n'agissait pas sur la dette. Nous avons réussi à trouver un meilleur compromis. Et je pense que lorsque le gouvernement SYRIZA a montré son sérieux, sa détermination à quitter ce programme, tout en faisant de son mieux pour protéger les plus vulnérables, les Européens ont commencé à se dire : "Regardez, c'est quelque chose qui est réalisable". Ils ont fini par penser que cela pouvait être bénéfique pour la Grèce. Le président Juncker l'a dit, il a dépensé beaucoup d'argent pour que le pays reste dans la zone euro. A l’inverse, je pense que Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances de l'époque, souhaitait notre départ. Le fait que nous ayons quitté le programme, ce que les gouvernements précédents n'avaient pas réussi à faire, nous a permis, pour la dette, d’avoir un tampon qui nous a offert une certaine protection. C'est quelque chose dont les Européens peuvent être fiers au final, mais cela a un coût énorme, ne l'oublions pas. Notre économie a perdu 26 % du PIB lors du premier et du deuxième programme... 26 % du PIB ! Je ne sais pas si les gens qui nous écoutent se rendent bien compte l'importance de ce chiffre de 26%. Aucune autre économie n’a souffert de la sorte en dehors d'une guerre.

Efi Koutsokosta :

La Grèce a récemment quitté le cadre de surveillance renforcée de l'UE. Qu'est-ce que cela signifie pour les citoyens grecs ?

Euclide Tsakalotos :

Nous sommes sortis de l'accord à l'été 2018, et il a alors été convenu que nous quitterions la surveillance renforcée trois à quatre ans plus tard. C'est donc une bonne nouvelle. Et la grande question est maintenant de savoir si ce que nous avons réalisé en 2018 pour réguler la dette, avec des exigences financières assez basses chaque année - inférieures à celles de l'Espagne et du Portugal - si cela peut nous aider à réduire la dette par rapport au PIB, en augmentant la croissance. Je ne suis pas très optimiste sur la façon dont ce gouvernement s'est attaqué à cette tâche, mais c'est là où nous en sommes. Ce que nous avons obtenu à l'été 2018, c'est de quitter une fois pour toutes le programme, d'avoir un tampon pour donner un peu de confort aux marchés financiers, pour réguler la dette. Et cela nous a donné 10, 12 ans pour nous ressaisir du côté de l'économie réelle.

Efi Koutsokosta :

Aujourd'hui encore, l'exemple grec et la façon dont l'UE s'est comportée envers la Grèce et les citoyens grecs sont utilisés par certaines forces politiques pour dire combien l'UE est mauvaise et pour rendre Bruxelles responsable de tous les problèmes. Y a-t-il une part de vérité dans tout cela ?

Euclide Tsakalotos :

Je pense, oui. L'Europe a toujours été à la traîne. Elle est aujourd'hui à la traîne dans la crise énergétique. Il a fallu un énorme désastre pour voir les premiers signes d'une politique énergétique européenne unie. Je pense donc que l'Europe a pris du retard et qu'il existe toujours une réelle menace pour l'UE, à savoir cette divergence dans le destin des économies entre l'Europe du Nord et l'Europe du Sud. Si vous voulez comprendre Salvini et Meloni, si vous voulez comprendre Aube dorée, si vous voulez comprendre la montée de l’extrême droite, alors les politiques économiques qui conduisent à l'inégalité, qui restreignent les services publics, l'accès des gens à la santé, aux transports et à l'éducation font partie de la réponse.

Efi Koutsokosta :

Mais au final, nous en arrivons au même point. Nous avons l’Europe du Nord, et l'Europe du Sud. Les approches sont différentes, comme nous le voyons encore aujourd'hui. Quelles sont les leçons à tirer de tout cela ?

Euclide Tsakalotos :

Permettez-moi d'être franc. Vous ne pouvez pas avoir une monnaie unique avec certains pays qui vont de l'avant, et d'autres qui n’avancent pas. Cela finira par casser. Si vous voulez une monnaie commune, alors vous devez avoir une convergence. Et pour cela, il faut qu'il y ait convergence dans l'élaboration des politiques et que les Européens du Nord comprennent que, comme aux États-Unis, si le Texas ou le Mississippi a des problèmes, quel que soit l'état, il y aura une solidarité par le biais de politiques fiscales, de politiques de stabilisation. C'est dans la logique d'une monnaie unique.

Efi Koutsokosta :

Quelles sont les leçons à tirer, que faut-il retenir de cette crise, surtout maintenant qu'une autre crise majeure se rapproche ?

Jean-Claude Juncker :

Nous ne devons pas répéter les erreurs que nous avons commises lors de la crise grecque de l'euro. Et j'ai toujours considéré que la répartition des efforts entre riches et pauvres n'était pas assez équilibrée. Une partie de cette erreur est due à l'Union européenne, parce que... au FMI, à la Banque centrale, et à la Commission, pendant les années qui ont précédé les miennes, un budget d'austérité aveugle a été mis en place, ce qui était une erreur. Je voudrais que la Commission prenne en compte les conséquences sociales des instruments anti-crise qui sont déployés. Ce n'est pas une affaire de hauts fonctionnaires. C'est une question pour les politiciens.

L'avenir, entre motifs d'espoir et prudence

L'économie grecque est en pleine croissance, mais le pays a toujours le ratio dette/PIB le plus élevé de la zone euro avec 189%. Le taux de chômage est parmi les plus élevés alors que, dans le même temps, le salaire minimum est parmi les plus bas. La crise actuelle braque à nouveau les projecteurs sur le l’Europe du Sud. Symela Touchtidou s'est entretenue avec l'actuel ministre grec des Finances, Christos Staikouras.

Euronews, The Global Conversation
Christos Staikouras, ministre grec des Finances - Euronews, The Global Conversation

Symela Touchtidou, Euronews :

La Grèce est récemment sortie du programme de surveillance renforcée. Qu'est-ce que cela signifie concrètement pour le peuple grec ?

Christos Staikouras, ministre grec des Finances :

C'est un grand succès pour la Grèce et pour tous les citoyens grecs qui ont fait d’énormes sacrifices. Et c'est aussi un succès collectif pour notre gouvernement et nos partenaires. Cela signifie que nous sommes de retour à la normale pour la première fois depuis 2010. Cela aura des effets positifs, directs et indirects, sur l'économie et la société grecques. Nous améliorons notre accès aux marchés internationaux. Nous renforçons les conditions préalables à une croissance économique plus forte et plus robuste afin d'attirer beaucoup plus d'investissements. Et nous sommes beaucoup plus près d'atteindre l'objectif final, le dernier jalon de notre politique économique, qui est le statut d'investisseur.

Symela Touchtidou :

En pratique, la Grèce a maintenant plus de liberté économique, mais cela arrive à un moment où les perspectives pour l'économie européenne et mondiale sont assez sombres. Alors, de quelle marge de manœuvre disposez-vous réellement pour aider les ménages et les entreprises dans le pays ?

Christos Staikouras :

Nous avons essayé de mettre en place une marge de manœuvre budgétaire afin de créer un filet de sécurité autour du coût de la vie. Et nous avons également réussi, au cours des trois dernières années, à mettre en œuvre des mesures fiscales efficaces afin, non seulement d'assurer une forte reprise en 2021, mais aussi de réduire le chômage, ce qui est crucial, compte tenu du fait que nous avions le taux de chômage le plus élevé de tous les États membres de l'UE. Dans le même temps, il semble que nous ayons une croissance économique robuste. Nous tiendrons donc compte de cela pour créer les conditions préalables pour réduire encore plus les impôts et les cotisations sociales et pour mettre en œuvre les mesures fiscales qui sont nécessaires, afin de soulager une partie des sacrifices liées la crise énergétique à laquelle nous sommes confrontés au niveau européen.

Symela Touchtidou :

Et la facture de toutes les mesures de soutien. Cela vous inquiète-t-il qu'elle puisse peser sur la dette publique de la Grèce, qui est déjà élevée ?

Christos Staikouras :

Tout d'abord, la dette publique en pourcentage du PIB a diminué de 13 % en 2021, la plus forte baisse depuis l’entrée dans la zone euro. Et nous nous attendons à ce que cette diminution soit beaucoup plus importante en 2022. Nous avons des réserves de trésorerie d'environ 49 milliards d'euros, parmi les plus élevées au niveau européen en pourcentage du PIB. Dans le même temps, une part importante de la dette a des taux fixes. Et le point le plus important est que les besoins bruts de financement annuels s'élèvent à environ 10 % du PIB, soit la moitié de la moyenne européenne. Tous ces éléments constituent des avantages concurrentiels de la dette grecque par rapport à de nombreux autres pays européens.

Symela Touchtidou :

Pour ce qui est de l'avenir, l'UE discute actuellement des règles budgétaires et de la gouvernance économique. Pensez-vous que les règles relatives à la dette doivent être repensées ? Et que proposeriez-vous à vos homologues ?

Christos Staikouras :

Il est certain que nous devrions intégrer l'expérience de la grave crise à laquelle nous avons été confrontés au niveau européen au cours des trois dernières années. L'élément de base est que nous devons avoir une discipline fiscale, c’est une condition préalable à la croissance économique. Et en même temps, une flexibilité fiscale pour prendre en compte le cycle économique. Nous devrions aussi intégrer l'expérience à laquelle nous avons été confrontés, en profitant du plan de relance et de résilience, et de l'indépendance dont nous disposons au niveau européen, afin de mettre en œuvre des politiques cohérentes et durables au niveau national.

Efi Koutsokosta :

Après avoir survécu à tout cela, comment voyez-vous la Grèce aujourd'hui ? Pensez-vous que la situation dans le pays, non seulement sur le plan financier mais aussi sur le plan social et politique, est meilleure ?

Jean-Claude Juncker :

Je pense qu'il n'y a pas de comparaison possible entre la situation actuelle et la situation dans laquelle je me suis débattu il y a quelques années lorsque nous avons finalement défini la bonne réponse au problème grec. Mais la Grèce connaît encore des difficultés majeures. Elle vit dans une région agitée de l'Europe. La Turquie, les incursions de l'aviation turque, les problèmes de forage, la proximité avec la partie nord du continent africain, les réfugiés... c'est toujours un problème majeur en Grèce. Les temps sont toujours durs. Je pense que le plus gros problème est que la Grèce ne joue pas le rôle qu'elle devrait jouer en Europe. Sans la Grèce, l'Union européenne ne serait pas complète et j'aimerais que la Grèce fasse entendre d'une manière plus forte sa voix si particulière.