Comment Uber veut vous éviter d’être malade dans ses "robot-taxis"

1 / 2

Comment Uber veut vous éviter d’être malade dans ses "robot-taxis"

La société américaine compte bien être parmi les premières à mettre des flottes de "robot-taxis" dans la rue. Pour éviter le mal des transports aux passagers, en train de lire ou de regarder des films, la société californienne a déposé un brevet pour un siège innovant.

Une hausse vertigineuse de la cinétose, conséquence inattendue de la multiplication des "robot-taxis" d’ici une décennie? C’est ce que craint Uber, qui a déposé ce mois-ci un brevet pour un siège anti-mal des transports à destination de ses futures voitures autonomes, rapporte The Daily Telegraph.

Lire, envoyer des sms ou regarder des films

Uber anticipe en effet qu’avec la fin de l’obligation de conduire, les passagers des voitures 100% autonomes vont s’adonner à d’autres activités, qui pourraient les amener à se sentir mal, notamment si on imagine des sièges dos à route par exemple. Une étude menée par l’University of Michigan Transportation en 2015 rapportait ainsi que 60% des quelques 3000 personnes interrogées ont l’intention de dormir dans une voiture autonome et qu’un tiers envisageait de lire, envoyer des sms ou encore regarder films et séries. Or, ces trois activités sont les plus susceptibles de provoquer la cinétose (le nom scientifique du mal des transports). L’étude de l’université du Michigan estimait ainsi que 6 à 12% des répondants pourraient alors être touchés par ce mal-être qui peut conduire à des vomissements.

La cinétose vient d’un déséquilibre entre ce qu’analysent les yeux et le cerveau. Concentré sur un film, le cerveau n’enregistre pas que le corps bouge, alors que les yeux perçoivent, eux, des mouvements. De cette inadéquation...

Lire la suite sur Auto

A lire aussi