Uber files : quelle stratégie adopte l'Élysée face aux révélations visant Emmanuel Macron ?

© GABRIEL BOUYS / AFP

Des révélations qui jettent un trouble. Dimanche, plusieurs médias internationaux ont révélé des documents internes d'Uber . On y apprend notamment qu'Emmanuel Macron a soutenu Uber en coulisses lorsqu'il était à Bercy pour faciliter l'implantation de la société en France , à une époque où le gouvernement y était hostile.

>>Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

L'entourage du président évoque une "non-affaire"

Face à ces révélations, l'entourage du président évoque une "non-affaire". "Il n'y a rien", balaie-t-on d'un revers de main à l'Élysée. Il est normal que le ministre de l'Économie soit amené à échanger avec les différents acteurs du marché : c'est l'axe de défense de l'exécutif qui ne redoute officiellement pas la création d'une commission d'enquête parlementaire. Emmanuel Macron ne pourrait dans tous les cas pas être entendu au contenu de son immunité présidentielle.

La majorité fait bloc derrière Emmanuel Macron

L'Élysée, qui insiste sur le contexte de l'époque. "Tout le monde voulait faire tomber le monopole des taxis, explique un proche du président". Plus globalement, la majorité défend son chef. "Scandale bidon", tweete le député de Paris Benjamin Haddad, qui met en avant l'absence de contreparties reçues par Emmanuel Macron en échange de son aide à l'implantation d'Uber en France.


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles