« Uber Files » : « L’accès aux décideurs est normal, mais il faut y avoir recours de manière plus équitable »

© AFP

Des milliers de documents internes de l’entreprise Uber ont été publiés dans la presse ce dimanche. Ces révélations, nommées « Uber Files », ont montré comment les dirigeants de l'entreprise californienne ont tenté d'influencer Emmanuel Macron quand celui-ci était ministre de l'Économie, dans le but d'obtenir une législation favorable au développement de leur modèle économique. En marge d'un déplacement à Grenoble, le président de la République s'est déclaré « hyper fier » des mesures prises à cette époque. « Je le referais demain et après-demain », a-t-il rajouté. Pour Guillaume Courty, professeur de science politique à l'Université de Picardie Jules Verne spécialiste des lobbys, les « Uber Files » ne révèlent rien de répréhensible, mais ils peuvent être l'occasion de clarifier la législation en la matière.

Lire aussi -« Uber Files » : « Pillage du pays », « Vendu aux lobbys », les réactions se multiplient

Les « Uber Files » mettent-ils en lumière des pratiques de lobbying nouvelles ou, finalement, est-ce un processus assez « classique » d'influence ?
Ces documents ne révèlent pas grand-chose, car ils mettent en avant des pratiques que l’on connaît depuis longtemps. Cependant, cela fait peu de temps qu’elles sont débattues publiquement pour savoir lesquelles peuvent être tolérées ou pas, comme dans le cas des amendements clé en main fournis par les lobbyistes aux députés. Les « Uber Files » montrent l’usage, par une entreprise, de toute la palette des pratiques qui sont a...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles