Un type de trou noir rarement observé découvert dans une galaxie proche de nous

·2 min de lecture

Dans la famille des trous noirs, il y a les trous noirs supermassifs. Ceux que l’on trouve tapis au cœur des galaxies. De véritables monstres dont la masse peut dépasser plusieurs milliards de fois celle de notre Soleil. Il y a aussi les trous noirs stellaires. Qui naissent de l’effondrement d’une étoile. Ceux-là présentent une masse de l’ordre d’une dizaine de masses solaires. Et plus petits que les premiers, mais plus gros que les seconds, il y a les très justement nommés trous noirs intermédiaires.

Alors même que leur masse peut atteindre plusieurs milliers de fois celle de notre Soleil, ceux-là restent très difficiles à dénicher. Mais aujourd’hui, des chercheurs de l’université de l’Utah (États-Unis) annoncent avoir mis la main sur l’un d’entre eux. Dans une galaxie toute proche de la nôtre, la galaxie d’Andromède (M31), une galaxie spirale elle aussi, située à seulement 2,55 millions d’années-lumière de notre Système solaire. Caché dans ce que les astronomes ont longtemps pris pour un amas globulaire. Un amas d’étoiles nommé B023-G078.

La seule fois que B023-G078 a été observé, les chercheurs avaient pu déterminer sa masse globale. Environ 6,2 millions de masses solaires. Rien d’anormal. Mais faisant tout de même de lui l’un des objets les plus massifs de la galaxie d’Andromède. L’une des raisons pour lesquelles certains le considéraient comme le parfait candidat de « noyau dépouillé ». Comprenez que certains astronomes voyaient en B023-G078, non pas un amas globulaire, mais bien ce qui reste d’une galaxie naine dévorée par Andromède et qui aurait, au fil du temps, perdu ses étoiles périphériques.

Zoom sur B023-G078,...
Zoom sur B023-G078,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles