Comment Twitter tente de contrer l'offensive d'Elon Musk

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Jakub Porzycki / NurPhoto / NurPhoto via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Twitter, qui fait l'objet d'une offre publique d'achat hostile de la part d'Elon Musk , ne compte pas se laisser faire : le réseau a pris vendredi des mesures censées empêcher le patron de Tesla, et homme le plus riche du monde, de racheter facilement ses actions. C'est la clause dite de la "pilule empoisonnée" dans le jargon financier : le groupe californien prévoit de brader ses actions pour tous les autres actionnaires. Elle se déclenchera si Elon Musk dépasse les 15% d'actions de Twitter sans l'accord du conseil d'administration (CA). Elon Musk détient déjà un peu plus de 9% du capital de la société.

>> LIRE AUSSITwitter : quel changement pour les utilisateurs en cas de rachat par Elon Musk ?

Le prix total du rachat pourrait augmenter largement

S'il rachète suffisamment de titres pour parvenir aux 15%, tous les autres détenteurs d'actions de la plateforme pourront en racheter à un prix réduit, ce qui renchérirait grandement le prix que l'entrepreneur devrait débourser pour mettre totalement la main sur le réseau social. Le plan doit "réduire la possibilité qu'une entité, une personne ou un groupe ne prenne le contrôle de Twitter en accumulant des titres sur le marché sans payer à tous les actionnaires une prime appropriée ou sans donner suffisamment de temps au conseil d'administration pour prendre des décisions éclairées", précise l'entreprise basée à San Francisco dans un communiqué.

Twitter entend donc se battre contre cette tentative d'Elon Musk de le rache...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles