Twitter tente de contrer l’offensive d’Elon Musk

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Twitter tente de contrer l’offensive d’Elon Musk
RYAN LASH / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

“Twitter essaie d’étouffer Elon Musk”, résume NPR. Vendredi, le réseau social a annoncé un plan de défense de son actionnariat qui va singulièrement compliquer la tâche d’Elon Musk dans sa conquête de la firme au petit oiseau bleu.

La tactique choisie est celle de la “pilule empoisonnée”, qui doit permettre de “réduire la possibilité qu’une entité, une personne ou un groupe ne s’empare de Twitter en accumulant des titres sur le marché sans payer à tous les actionnaires une prime appropriée ou sans donner suffisamment de temps au conseil d’administration pour prendre des décisions éclairées”, a expliqué l’entreprise, citée par TechCrunch.

Selon le plan, si Elon Musk – qui possède aujourd’hui un peu plus de 9 % du capital de Twitter – venait à acquérir plus de 15 % de la compagnie, “Twitter inonderait le marché avec de nouvelles actions que tous les actionnaires, à l’exception de M. Musk, pourraient acheter à prix réduit”, détaille le New York Times.

“Cela diluerait immédiatement la participation de M. Musk, et rendrait l’acquisition de la compagnie beaucoup plus onéreuse”, puisqu’il y aurait davantage d’actions sur le marché, et que le multimilliardaire devrait s’acquitter du prix par action promis dans son offre d’achat – soit 54,20 dollars.

La tactique de la “pilule empoisonnée” est née “dans les années 80”, pour “protéger les entreprises des prédateurs financiers”, raconte le Financial Times. Mais elle est souvent attaquée devant les tribunaux “et la plupart des études montrent que si elle peut ralentir une offre de rachat hostile, elle n’empêche généralement pas un accord final après des négociations”, observe le quotidien économique.

“Offre finale”

Le plan annoncé vendredi a été mis en place pour un an et “va probablement compliquer et retarder une potentielle acquisition par Musk, sans l’écarter définitivement”, analyse NPR. Il le force en revanche à discuter et négocier directement avec le conseil d’administration.

Edward Rock, un expert en gouvernance d’entreprise interrogé par la radio publique américaine, estime lui aussi que la “pilule empoisonnée” constitue “un barrage temporaire” pour Elon Musk. “Cela donne au conseil d’administration le temps d’étudier l’offre, de décider si la vente de la compagnie est opportune, et dans l’hypothèse où ils veulent vendre, si Musk constitue le meilleur choix ou non”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles