Sur Twitter, Elon Musk souffle le show et l’effroi

© REUTERS

«All Publicity is Good Publicity» (toute publicité est une bonne publicité). La célèbre formule du propriétaire de cirque Phineas T. Barnum (inspirée d’un bon mot d’Oscar Wilde - «The only thing worse than being talked about is not being talked about», que l'on pourrait traduire par la seule pire chose que de parler de quelque chose est de ne pas en parler - s’applique à merveille à la stratégie de communication d’Elon Musk. Depuis qu’il a racheté presque contre son gré Twitter pour 44 milliards de dollars, le milliardaire sud-africain ne passe pas une journée sans provoquer des réactions, les plus souvent hostiles, quant à sa volonté de transformer le réseau social à sa guise.

Mardi, l’apôtre auto-déclaré de la liberté de s’exprimer a annoncé que Twitter allait désormais proposer un abonnement à 8 dollars par mois pour offrir aux heureux «VIT» (Very Important Twittos, l'appellation n'est pas d'origine contrôlée, Ndlr) d’être détenteurs d’un compte certifié, de subir une pression publicitaire moins forte, de pouvoir poster des vidéos et des audios plus longs et d’apparaitre plus fréquemment dans les recherches et les fils des abonnés.

«Le système actuel des seigneurs et des paysans, avec ceux qui ont la coche bleue et ceux qui ne l'ont pas, c'est des conneries. Pouvoir au peuple! Blue pour 8 dollars par mois», s'est-il autocongratulé.

«Twitter Complaint Hotline Operator»

Bien sûr, Elon Musk, qui a ...


Lire la suite sur ParisMatch