Twitch : les 35 ans de la catastrophe de Tchernobyl

·2 min de lecture

Président de l'association "Enfants de Tchernobyl Belarus" et spécialiste des questions nucléaires, Yves Lenoir est l'invité de la chaîne Twitch de Sciences et Avenir le jeudi 22 avril 2021 à 17h30 : 1h30 d'entretien en direct pour lequel nous attendons toutes vos questions.

Président de l’association internationale , l'ingénieur Yves Lenoir est l'auteur du et du film "Tchernobyl, le monde d’après" (2018, réalisé par le documentariste Marc Petitjean). Il a été membre du groupe interministériel sur les options techniques pour la gestion des déchets radioactifs entre 1974 et 1975. Depuis bientôt 50 ans, il est spécialiste des questions nucléaires.

La catastrophe de Tchernobyl, c'était il y a 35 ans. Le 26 avril 1986, à 01h23 du matin, le coeur atomique du réacteur numéro 4 de la centrale soviétique au nord de l'Ukraine s'emballe au cours d'un test de sûreté à la suite d'erreurs de manipulation. Une explosion fait voler en éclats l'édifice et une colonne de fumée radioactive s'élève aussitôt dans les airs...

Jeudi 22 avril, en direct sur Twitch

La catastrophe de Tchernobyl, c'était il y a 35 ans, mais cela dure toujours aujourd'hui. "Toute la population du Belarus reste affectée par les séquelles sanitaires de l'accident. Plusieurs millions de personnes vivent dans un environnement dangereux", relève Yves Lenoir : spécialiste des questions nucléaires, il sera l'invité de la chaîne Twitch de Sciences et Avenir le jeudi 22 avril 2021 à 17h30, pour 1h30 de direct (l'adresse de notre chaîne : ).

Tchernobyl, du sarcophage en béton à l'arche d'acier

Parmi les nombreux aspects de la catastrophe, ce stream sera l'occasion d'évoquer le sort des "liquidateurs", dépêchés sur le site pour des réparations de fortune, et ainsi envoyés à leur perte. Ainsi, entre 1986 et 1990, quelque 600.000 Soviétiques équipés de faibles dispositifs de protection, dont ils sont parfois purement et simplement démunis, sont chargés de décontaminer la zone, et de construire une chape de protection en béton. Depuis novembre 2016, une gigantesque arche en acier de 36.000 tonnes est glissée au-dessus de l'ancien sarcophage fissuré. D'une durée de vie d'au moins 100 ans, elle devrait permettre d'effectuer des opérations de décontamination à l'intérieur du réacteur accidenté.[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi