Twitch : tout sur les épaves sous-marines

·2 min de lecture

Bateaux antiques, galions de corsaires ou navires de la 2e guerre mondiale : du plus profond des eaux où elles gisent, comment étudier les épaves ? Et les conserver ? Réponse sur Twitch jeudi 15 avril 2021 à 17h30 avec l'expert en corrosion marine Jean-Bernard Memet.

"Rouillologue". Comprenez expert de la rouille. C'est ainsi que se définit volontiers Jean-Bernard Memet. Un néologisme un peu expéditif pour ce docteur en corrosion marine, expert en conservation-restauration auprès de l’UNESCO et corédacteur de l’annexe de la Charte Internationale des Biens Culturels Maritimes. Jeudi 15 avril 2021, à 17h30, il sera l'invité de la chaîne Twitch de Sciences et Avenir (twitch.tv/sciencesetavenir) pour 1h30 de direct au cours duquel nous explorerons 2000 ans d'épaves sous-marines - enfin, nous ferons au mieux sur le temps du stream !

De la Rome antique au temps des corsaires

Jean-Bernard Memet a en effet travaillé sur de très nombreuses épaves, dont certaines datent de l'Antiquité. Ainsi, nous évoquerons le cas du chaland Arles Rhône 3, qui date de l'époque romaine, et dont la récupération a fait l'objet d'un chantier de tous les records : , que les visiteurs du musée départemental Arles Antique peuvent désormais admirer... hors périodes de confinement.

Le "rouillologue" est aussi intervenu sur deux épaves corsaires, découvertes en 1995 au large de Saint-Malo : la Dauphine, coulée en 1704, et l’Aimable Grenot, coulé en 1749, deux bateaux qui, sous l'eau, étaient empilés l'un sur l'autre ! Plus proche de nous dans le temps, il y a aussi le cas du sous-marin Hunley, retrouvé au large de Charleston, en Caroline du Sud, Etats-Unis. "Il s'agit du premier sous-marin de l’histoire de l’humanité qui ait coulé un bateau, c’était en 1848, explique Jean-Bernard Memet. Et lui-même a sombré sur son chemin de retour ! On y a retrouvé les 8 corps des membres de l'équipage qui, dans l'environnement clôt du sous-marin y étaient restés enfermés".

Il faut sauver les épaves

Le scientifique, par ailleurs co-fondateur de la société A-Corros, basée à Arles, évoquera aussi les différents programmes désormais dédiés à la sauvegarde des épaves. Ainsi, A-Corros est actuellement impliquée avec le DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques e[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi