En Turquie, des journalistes de "Charlie Hebdo" inculpés pour "insulte" à Erdogan

Lucie Oriol
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
Recep Tayyip Erdogan avant une rencontre à Bruxelles avec Charles Michel, le 9 mars 2020 (Photo: YVES HERMAN via REUTERS)
Recep Tayyip Erdogan avant une rencontre à Bruxelles avec Charles Michel, le 9 mars 2020 (Photo: YVES HERMAN via REUTERS)

PRESSE - Un procureur turc a réclamé vendredi jusqu’à quatre ans d’emprisonnement contre quatre collaborateurs de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo qu’il accuse d’avoir “insulté” le président Recep Tayyip Erdogan dans une caricature publiée l’an dernier.

Selon l’agence de presse étatique turque Anadolu, les quatre collaborateurs de Charlie Hebdo inculpés sont la caricaturiste Alice Petit et trois responsables du célèbre hebdomadaire, Gérard Biard, Julien Sérignac et Laurent Sourisseau, dit Riss.

La publication de cette caricature, en octobre, avait suscité la colère d’Erdogan dans un contexte de vives tensions diplomatiques entre Ankara et Paris. On y voyait l’autoritaire président turc dessiné en slip, bière à la main, soulevant la robe d’une femme voilée en s’écriant: “Ouuuh ! Le prophète !”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans son acte d’accusation, qui doit encore formellement être accepté par un tribunal pour que s’ouvre un procès, le procureur turc estime que cette caricature “n’entre d’aucune manière dans le cadre de la liberté d’expression ou de la presse”, qualifiant le dessin de presse de “vulgaire, obscène et déshonorant”.

Après la parution de cette caricature, Recep Tayyip Erdogan avait dénoncé une “attaque ignoble” commise par des “vauriens”.

Cette affaire était intervenue dans un contexte de crise diplomatique entre la Turquie et la France, Recep Tayyip Erdogan accusant notamment le président français Emmanuel Macron d’“islamophobie” pour avoir défendu le droit de caricaturer le prophète Mahomet.

L’annonce de l&rs...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.