Publicité

Turquie: la police disperse une manifestation pro-palestinienne près d'une base militaire

La police turque un rassemblement pro-palestinien organisé devant la base militaire d'Incirlik abritant des forces américaines, le 5 novembre 2023 à Adana, dans le sud du pays (CAN EROK)
La police turque un rassemblement pro-palestinien organisé devant la base militaire d'Incirlik abritant des forces américaines, le 5 novembre 2023 à Adana, dans le sud du pays (CAN EROK)

La police turque a dispersé dimanche à l'aide de gaz lacrymogènes un rassemblement pro-palestinien organisé devant la base militaire d'Incirlik abritant des forces américaines, quelques heures avant l'arrivée prévue à Ankara du secrétaire d'Etat Antony Blinken.

La manifestation, devant la base aérienne d'Incirlik (sud-est), était organisée par l'ONG turque Humanitaire Relief Foundation (IHH). En 2010, celle-ci avait affrété une flottille pour tenter de rallier Gaza sous blocus israélien, entraînant un raid israélien qui avait fait dix morts.

Selon un photographe de l'AFP sur place, la police est intervenue lorsque la foule a commencé à se diriger vers la base après avoir tenu un rassemblement pacifique à Incirlik.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent plusieurs centaines de personnes agitant des drapeaux palestiniens, courant dans un champ et poursuivies par la police qui a également fait usage d'un canon à eau.

Aucun blessé et aucune interpellation n'ont été rapportés à ce stade. Les autorités américaines n'ont fait aucun commentaire dans l'immédiat.

La base aérienne d'Incirlik appartient à la Turquie, membre de l'Otan, mais est utilisée par l'US Air Force - et occasionnellement par la Royal Air Force britannique - auxquelles elle offre un accès stratégique à de vastes régions du Proche-Orient.

La manifestation à l'appel de l'IHH devait coïncider avec une visite d'Antony Blinken, attendu dimanche soir en Turquie après s'être rendu en Cisjordanie et à Chypre. Il doit rencontrer lundi à Ankara son homologue turc, le ministre des Affaires étrangères Hakan Fidan, pour discuter de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas à Gaza.

Près d'un millier de personnes se sont également rassemblées dimanche devant l'ambassade américaine à Ankara, selon un photographe de l'AFP sur place.

La Turquie a été le théâtre ces dernières semaines d'importantes manifestations de soutien aux Palestiniens.

- "Massacre immoral" -

Après l'attaque menée le 7 octobre par le mouvement islamiste sur son territoire depuis Gaza, Israël a juré "d'anéantir" le Hamas. Au moins 1.400 personnes, en majorité des civils, selon les autorités israéliennes, sont mortes lors de cette attaque d'une violence et d'une ampleur inédites depuis la création d'Israël en 1948.

L'armée israélienne pilonne depuis sans répit Gaza, petit territoire assiégé où vivent 2,4 millions d'habitants. Depuis le 7 octobre, 9.770 personnes, essentiellement des civils, y ont été tuées par les bombardements israéliens, selon le Hamas.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a critiqué à plusieurs reprises les Etats-Unis pour leur soutien à l'opération israélienne dans la bande de Gaza.

Il a indiqué dimanche qu'il poursuivrait lundi comme prévu son voyage en province, rendant ainsi peu probable une rencontre avec M. Blinken.

M. Erdogan a condamné un "massacre immoral, sans scrupule et méprisable" à Gaza.

Le 28 octobre, dans un discours virulent prononcé à Istanbul lors d'un "meeting de soutien à la Palestine" rassemblant des centaines de milliers de personnes, le chef de l'Etat turc avait déjà accusé Israël de "crimes de guerre".

Dimanche, il a précisé qu'Ankara œuvrait "en coulisses" pour tenter de mettre fin au bain de sang à Gaza et assurer l'acheminement de l'aide humanitaire. "Soyez assurés que nous faisons bien plus que ce que l'on voit", a-t-il déclaré.

Selon une source diplomatique turque, le chef de la diplomatie turque s'est entretenu par téléphone dimanche avec ses homologues égyptien et jordanien.

La Turquie a rappelé samedi son ambassadeur en Israël pour consultations et rompu le contact avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en réaction à l'opération à Gaza.

Après une décennie de relations quasiment gelées, à la suite de la tentative de l'IHH de briser le blocus israélien de Gaza en 2010, Israël et la Turquie avaient progressivement rétabli leurs relations depuis l'année dernière. Les deux pays avaient renommé des ambassadeurs et relancé les discussions sur un gazoduc soutenu par les États-Unis.

pho/zak/am/cco