En Turquie, des Ouïghours expriment leur crainte d’être envoyés en Chine

·2 min de lecture

En Turquie, le ministre des Affaires étrangères s’est voulu rassurant ce 30 décembre 2020 : pas question de renvoyer des Ouïghours en Chine, où plusieurs enquêtes ont montré que ces derniers étaient emprisonnés ou envoyés dans des camps de travaux forcés. Seuls des « terroristes » seront renvoyés. La Chine a ratifié un traité d’extradition avec la Turquie. Si le Parlement turc n’a encore rien signé, les quelque 50.000 Ouïghours installés dans le pays ne sont pas rassurés.

De notre correspondante à Istanbul, Cerise Sudry-Le Dû

À Istanbul, des Ouïghours installés en Turquie se réunissent chaque jour devant le consulat chinois pour demander des nouvelles de leurs proches disparus. « Où est mon père ? », « Relâchez ma tante ». Ils sont une trentaine, à brandir des pancartes, barrées de ces mots et des photos de leurs proches dont ils sont sans nouvelle, depuis parfois des années.

Semsiye est l’une d’elle. Cette jeune étudiante infirmière de 21 ans parle vite pour tenter de ne pas pleurer : « Je n'ai plus de nouvelles de mon père depuis mai 2017. J'ai appris qu'il avait été emprisonné. Puis, l'année dernière, il a été envoyé en camp de travaux forcés... »

Ce week-end, quand la Chine a ratifié un accord d’extradition avec la Turquie, la communauté ouïghoure s’est inquiétée.

« La formulation du traité est assez brumeuse »

Ils sont environ 50.000 ici, bien acceptés par la population locale, qui les considère comme des frères musulmans qui, en plus, parlent turc.

Si le chef de la diplomatie turque a assuré qu’aucun Ouïghour ne serait renvoyé en Chine, ses paroles peinent à convaincre Ihsan, journaliste ouïghour, qui a fait de nombreux reportages sur ses compatriotes : « La formulation du traité est assez brumeuse et permet au parti communiste chinois de s'en prendre aux activistes. »

Lui-même écrit sous un faux nom, de peur que par représailles à ses articles, le gouvernement chinois ne s’en prenne à sa famille, restée au pays.