Publicité

Turquie: nouveau changement à la tête de la Banque centrale du pays

La gouverneure de la Banque centrale de Turquie, Hafize Gaye Erkan, en poste depuis moins d'un an, a annoncé sa démission à la suite d'un scandale impliquant sa famille. La banquière, première femme turque à ce poste et très appréciée des marchés, est accusée par plusieurs médias d'avoir accordé des avantages à sa famille au sein de l'institution, ce qu'elle nie. Le président Recep Tayyip Erdogan a vraisemblablement voulu se débarrasser d'une polémique à moins de deux mois des élections locales.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Depuis la parution, mi-janvier 2024, d'articles l'accusant d'avoir laissé son père «s'installer» au siège de la Banque centrale turque et y prendre des décisions en toute illégalité, Hafize Gaye Erkan savait que ses jours à la tête de l'institution étaient comptés.

Certes, Recep Tayyip Erdogan l'avait soutenue, dénonçant des «commérages grotesques» visant selon lui à «perturber la stabilité» de l'économie turque. Mais, à l'approche des municipales du 31 mars, le président veut éviter les polémiques et ne s'entourer que de personnalités en lesquelles il a toute confiance.

Augmentation des taux

Fatih Karahan, le successeur de Hafize Gaye Erkan qui a fait, comme elle, sa carrière aux États-Unis, devrait poursuivre cette politique soutenue par les marchés et les investisseurs étrangers, du moins jusqu'aux élections.


Lire la suite sur RFI