Turquie : des milliers de manifestantes se mobilisent pour la convention sur les violences faites aux femmes

Anaïs Guillon
·2 min de lecture

Plusieurs milliers de femmes ont manifesté, mercredi 5 août, à travers la Turquie pour demander au gouvernement de Recep Tayyip Erdogan de ne pas se retirer de la convention d’Istanbul, traité international le plus avancé en matière de lutte contre les violences faites aux femmes en Europe.

« Les femmes ne pardonneront aucune violence. » A Istanbul et dans les principales villes de la Turquie, les femmes se sont réunies pour crier leur attachement à la convention d’Istanbul, ratifiée en 2012, qui lutte contre la violence à l'égard des femmes. Depuis plusieurs semaines, des associations et médias conservateurs appellent M. Erdogan à retirer la Turquie de ce traité, sous prétexte qu’il menacerait les « valeurs familiales ».

Après la Pologne la semaine dernière, c’est au tour de la Turquie de remettre en question la convention d’Istanbul. Ce qui peut sembler surréaliste concernant un texte qui porte le nom de la ville turque, mais la politique du pays a pris un tour toujours plus réactionnaire depuis 2012. Ce n’est pas la première fois que le gouvernement réfléchit à dénoncer ce traité. En février 2020, certains membres du parti islamo-conservateur AKP avaient fait part de leurs doutes sur la convention qui, d’après eux, « perturbait la structure familiale ». Mais à l’époque, les députées avaient déclaré ne pas souhaiter sa dénonciation.

Lors d’une rencontre avec les membres de son parti le 1er juillet, le Président Erdogan a affirmé que si la convention devait être révisée, elle le serait. Le lendemain, Numan Kurtulmus, vice-président de l’AKP, prétend que deux points posent problème dans la convention : « la question du genre » et « le choix de l’orientation sexuelle », martelant que...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi