En Turquie, un maire prokurde destitué et remplacé par le gouverneur

Le maire prokurde de Hakkari, dans le sud-est de la Turquie, a été placé en garde à vue, « temporairement » destitué et remplacé ce lundi 3 juin par le gouverneur pour « appartenance à une organisation armée terroriste », sur décision du ministère de l'Intérieur. C'est la première destitution d'un maire prokurde depuis les élections locales du 31 mars, où le parti pro-kurde DEM a obtenu 77 municipalités à travers le pays. Le procédé n'a cependant rien de nouveau.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Pour le parti de gauche prokurde, le DEM, l'affaire a un goût de déjà-vu. Mehmet Siddik Akis, élu avec près de 49% des voix, est démis de ses fonctions et remplacé ce lundi 3 juin par le gouverneur de la province de Hakkari, dans le sud-est de la Turquie. Motif : il est poursuivi pour « appartenance à une organisation armée terroriste ». Un procès bien antérieur aux élections du 31 mars, puisqu'il s'appuie sur une enquête ouverte il y a dix ans.

« Cette illégalité ne vise pas seulement les habitants de Hakkari ou le parti DEM, c'est une atteinte à la liberté de vote », a réagi devant la presse Gulistan Kiliç Kocyigit, la vice-présidente du groupe parlementaire DEM (ex-HDP), la troisième force au Parlement. « Nous invitons l'opinion publique démocratique à réagir à cette illégalité », a-t-elle ajouté, appelant à un rassemblement dans la soirée à Istanbul.


Lire la suite sur RFI