Turquie: les «mères du samedi» se rassemblent pour la 1000e fois à Istanbul

Pour la 1000e fois depuis le 27 mai 1995, des proches de personnes portées disparues en cours de garde à vue se sont réunis à la mi-journée sur l'avenue Istiklal d'Istanbul. Pour cette édition, des centaines de militants des droits humains étaient à leurs côtés.

Depuis bientôt trente ans, l'image n'a pas changé. Des mères, des filles, des frères serrant contre leur cœur la photo de leur proche disparu et un œillet rouge dans la main rassemblés chaque samedi au même endroit à Istanbul. Leurs revendications, non plus, n'ont pas changé : savoir ce qui est arrivé à leur proche dont ils sont sans nouvelles depuis une garde à vue dans les années 1980 ou 1990, et juger les responsables s'ils sont encore en vie.

Leur manifestation est la plus ancienne de Turquie et l'une des plus anciennes du monde. Le mouvement des « Mères du samedi » s'est inspiré de celui des « Grand-mères (Abuelas) de la Place de Mai » en Argentine, où des proches de victimes de disparitions forcées pendant la dictature (1976-1983) manifestent chaque semaine pour demander des informations.

À écouter aussiTurquie : le 701e rassemblement des « Mères du samedi »

(Et avec AFP)


Lire la suite sur RFI