Turquie: le leader kurde Selahattin Demirtas condamné à 42 ans de prison

Un tribunal d'Ankara a prononcé ce jeudi 16 mai de lourdes peines de prison contre des dizaines de figures du mouvement politique kurde. La plupart sont d'anciens responsables du parti de gauche pro-kurde HDP.

Avec notre correspondant à Istanbul, Anne Andlauer

Ils étaient accusés d'avoir joué un rôle dans la mort, début octobre 2014, de 37 personnes pendant des manifestations en soutien à la ville kurde syrienne de Kobané assiégée à l'époque par le groupe État islamique. Ces manifestations avaient débuté après un appel lancé par le HDP contre le refus du gouvernement d’Ankara d’intervenir en faveur des défenseurs kurdes de Kobané.

Sans surprise, la sentence a été sévère contre les figures les plus importantes de la gauche pro-kurde en Turquie, en particulier contre Selahattin Demirtas. L'ancien dirigeant du parti HDP, emprisonné depuis 2016, est condamné à 42 ans de prison au total pour 47 chefs d'accusation, dont celui d'avoir « aidé à briser l'unité de l'État et l'intégrité du pays ». Figen Yüksekdag, l'ancienne co-dirigeante du parti, reçoit quant à elle une peine de plus de 30 ans.

Un tollé dans les rangs de l'opposition

Dans un pays où la justice est vivement critiquée pour son manque d'indépendance, cette décision déçoit ceux qui espéraient encore un assouplissement du pouvoir à l'égard de la question kurde et de l'opposition après la défaite du président Erdogan aux municipales de mars.


Lire la suite sur RFI