Turquie: l’homme d’affaires Osman Kavala reste en prison

En Turquie, Osman Kavala reste en prison. Après avoir été acquitté mardi 18 février au terme d’un procès où il était accusé d’avoir financé les manifestations anti-Erdogan en 2013, un tribunal d’Istanbul a de nouveau ordonné son incarcération mercredi soir, dans le cadre d’une autre enquête.

De notre correspondante à IstanbulAnne Andlauer

Les soutiens de l'homme d'affaires et mécène Osman Kavala, figure majeure de la société civile turque, dénoncent une décision prise sur ordre du pouvoir politique.

Osman Kavala, qui a déjà passé près de deux ans et demi en prison, n’aura donc pas connu une seule minute de liberté. En un peu plus de 24 heures, il a tour à tour été acquitté, placé en garde à vue sans même être relâché, présenté à un juge et de nouveau incarcéré dans le cadre d’une autre enquête.

Cette fois, il ne s’agit plus de son rôle présumé dans des manifestations anti-gouvernementales en 2013, mais de liens supposés avec le coup d’État manqué de juillet 2016 en Turquie.

« Le système judiciaire subit un lourd contrôle politique »

Tout cela a de quoi renforcer le sentiment d'un acharnement à l'encontre du philanthrope et, au-delà, l'inquiétude quant à l'état de droit, estime Emma Sinclair-Webb, directrice de recherches sur la Turquie pour l’ONG Human Rights Watch.

« Cela montre que le système judiciaire subit un lourd contrôle politique. Cela devrait montrer au monde à quel point le système judiciaire turc manque d’indépendance, dit-elle. Il est devenu un outil de pouvoir politique, il est utilisé comme un instrument par le gouvernement contre ceux perçus comme critiques du gouvernement. C’est donc un moment extrêmement important, qui montre vraiment la destruction du système judiciaire turc. »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait fustigé dans un discours l’acquittement d’Osman Kavala. Le Conseil des juges et procureurs a autorisé l’ouverture d’une enquête contre les trois magistrats qui avaient rendu cette décision.