Turquie : un Français victime de torture en prison, ses proches interpellent Emmanuel Macron

Mathilde Lemaire
·2 min de lecture

Fabien Azoulay est incarcéré dans le nord-est de la Turquie depuis quatre ans et subit de nombreux sévices. Le quadragénaire a été condamné à 16 ans de prison pour la consommation d'un stimulant dont il ignorait l'illégalité. Ses avocats et sa famille ont sollicité l'Élysée.

Si vous avez vu le film Midnight Express d'Alan Parker, l'histoire de Fabien Azoulay va vous sembler familière. Il ne s'agit pas d'une fiction mais d'une triste réalité. Ce Français de 43 ans est détenu en Turquie depuis quatre ans. En 2017, il a été condamné à 16 ans de prison pour avoir consommé un produit stimulant dont il ignorait l’interdiction sur le sol turc. Ses avocats peinent à obtenir son transfèrement dans une prison française. Inquiets pour sa vie, ils ont décidé, jeudi 8 avril, de sortir cette affaire du complet silence dans laquelle elle était jusque-là. Fabien Azoulay a, selon eux, subi des tortures en détention. Ils en appellent à Emmanuel Macron.

Un stimulant sexuel interdit en Turquie

Avant sa descente aux enfers en Turquie, Fabien Azoulay tenait un spa à New-York et naviguait entre les États-Unis et la France. En 2017, il part quelques jours à Istanbul. Il y a pris rendez-vous pour se faire poser des implants capillaires. Sur place, depuis sa chambre d’hôtel, il commande sur internet avec sa carte bleue, pour sa consommation propre, du GBL. Ce solvant industriel, longtemps en vente libre, est pourtant interdit dans le pays. Interdiction que le quadragénaire dira, de bonne foi, ignorer. Le GBL est parfois détourné comme excitant, comme stimulant sexuel notamment dans la communauté gay.

Dès la livraison du produit à sa chambre d’hôtel, le Français se fait interpeller par des policiers turcs. Jugé pour consommation et trafic de drogue, il écope le 27 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi