La Turquie face aux Kurdes, comment Daech peut en tirer profit

Claire Tervé
Bombardements turcs sur la ville de Tal Abyad le 13 octobre.

SYRIE - L’offensive militaire turque contre les forces kurdes en Syrie, un sac de nœuds duquel Daech va tenter de tirer son épingle du jeu. Voilà moins d’une semaine que Recep Tayyip Erdogan a annoncé le début d’une nouvelle opération militaire baptisée “Printemps de la paix” dans le Nord-est syrien; la situation ne semble pas près de s’arranger et joue même en faveur de l’État islamique. 

Pour rappel, le régime syrien a envoyé ses troupes ce lundi 14 octobre dans le nord du pays pour tenter de stopper l’offensive turque contre les forces kurdes. Ces dernières ont appelé à l’aide après l’annonce d’un départ des soldats de leur allié américain de cette région. En effet, les quelque 1000 soldats américains, qui étaient déployés dans le nord de la Syrie pour aider les forces kurdes dans leur combat contre Daech, ont reçu l’ordre de quitter le pays. Ils laissent ainsi seuls leurs anciens alliés face à l’armée turque qui s’est empressée de mener son offensive, mais aussi face aux jihadistes toujours actifs dans la région. 

Ces derniers vont d’ailleurs pouvoir tirer profit de cette déstabilisation de plusieurs manières, ont expliqué au HuffPost Wassim Nasr, journaliste spécialiste des mouvements jihadistes pour France 24 et le spécialiste du conflit syrien Historicoblog. 

Qui va empêcher la résurgence de Daech?

“Avant toute chose, il ne faut pas oublier que Daech n’est jamais réellement parti de cette zone. Alors qu’il a été annoncé par Donald Trump que l’EI [Etat islamique, ndlr] avait été éradiqué, des cellules clandestines ont été activées. Cela fait un an et demi que des attentats et des attaques sont perpétrés, donc on ne peut pas dire que l’on va assister à un retour des jihadistes au Nord-est de la Syrie; ils sont déjà là”, nous explique Historicoblog. 

Et justement, les Unités de protection du peuple (YPG), milice kurde qualifiée de “terroriste” par Ankara mais soutenue par l’Occident, sont en temps normal chargées de combattre les terroristes. S’ils sont occupés à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post