Turquie: Erdogan veut développer la coopération militaire avec Russie

·1 min de lecture

La Turquie pourrait coopérer avec la Russie pour la construction d'avions de combat et de sous-marins : c’est ce qu’a annoncé le président turc Recep Tayyip Erdogan, de retour d’une visite à Sotchi où il a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine. Ces déclarations interviennent alors que les relations entre la Turquie et les États-Unis sont au plus mal, notamment dans le domaine de la coopération militaire.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Ce ne sont pour l’instant que des déclarations, mais le message diplomatique est clair : la Turquie, bien que membre de l’Otan, n’hésitera pas à approfondir sa coopération militaire avec la Russie, présentée comme une « alternative » aux partenaires occidentaux.

Selon le président turc, les deux pays pourraient aller jusqu’à fabriquer ensemble des moteurs d’avions de chasse, des navires et même des sous-marins. Ces ambitions donnent la mesure de la dégradation des relations avec les États-Unis, en particulier dans le domaine de l’industrie de défense.

Ces derniers jours, non seulement Recep Tayyip Erdogan a affirmé que la Turquie ne renoncerait pas aux missiles S-400 achetés à la Russie – laissant entendre qu’il pourrait même lui commander un second lot. Mais, pour la première fois, il a aussi douté publiquement de la poursuite du soutien logistique fourni par les États-Unis pour les avions F-16, qui équipent l’armée turque depuis les années 1980.

L’acquisition des S-400 russes avait déclenché des sanctions de Washington. La Turquie a notamment été exclue du programme de fabrication de l'avion de combat F-35, qui était censé remplacer sa flotte de chasseurs F-16.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles