Turquie: Erdogan dit qu'il ne laissera pas les manifestations gagner de l'ampleur

par Ali Kucukgocmen, Ezgi Erkoyun et Tuvan Gumrukcu
·2 min de lecture
TURQUIE: ERDOGAN DIT QU'IL NE LAISSERA PAS LES MANIFESTATIONS GAGNER DE L'AMPLEUR

par Ali Kucukgocmen, Ezgi Erkoyun et Tuvan Gumrukcu

ISTANBUL (Reuters) - Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré mercredi qu'il ne permettrait pas que les manifestations qui se succèdent depuis un mois dans l'université de Bogazici à Istanbul se transforment en un mouvement de protestation anti-gouvernemental similaire à celui de 2013, qualifiant également les manifestants de "terroristes".

Les manifestants estiment que la nomination par Erdogan de Melih Bulu - un universitaire et ancien candidat à des élections - comme recteur de l'université est antidémocratique et exigent la démission de ce dernier.

Ces manifestations sont les plus importantes depuis 2013, lorsque des centaines de milliers de personnes avaient défilé contre le projet porté par le gouvernement de construire dans le parc Gezi d'Istanbul un ensemble immobilier imitant des casernes de l’époque ottomane.

Cette semaine, plus de 250 personnes ont été arrêtées à Istanbul et 69 à Ankara.

"Êtes-vous des étudiants ou des terroristes qui tentent de faire une descente dans la salle du recteur?" a déclaré Recep Erdogan. "Ce pays ne vivra plus un événement comme celui de Gezi à Taksim, il ne le permettra pas. Nous n'avons pas soutenu les terroristes et nous ne le ferons pas."

Selon Enes Gozukucuk, un étudiant de 23 ans qui a participé lundi à une manifestation, le mouvement vise la nomination de Melih Bulu et non le gouvernement.

"Nous aurions pu résoudre ces problèmes à l'université entre nous. La violence utilisée par les forces du gouvernement n'était pas nécessaire", a-t-il dit.

Le principal chef du parti d'opposition, Kemal Kilicdaroglu, a appelé à la démission de Melih Bulu. Le maire d'Ankara, Mansur Yavas, a sommé Bulu dans une lettre ouverte à "sacrifier" sa position au nom de "la paix dans les études, de la jeunesse et de notre avenir".

Bulu a déclaré qu'il ne démissionnerait pas malgré des appels de plus en plus pressants. "Je ne pense jamais à démissionner", a-t-il déclaré à la presse, cité par des médias turcs.

(Ali Kucukgocmen, Ezgi Erkoyun et Tuvan Gumrukcu, version française Flora Gomez, édité par)