Turquie : Erdogan dénonce les "mensonges" et la "trahison" de l’opposition sur les réserves de la banque centrale

·1 min de lecture

Erdogan se défend, sur l'utilisation des réserves de la banque centrale de Turquie. Des partis d'opposition mènent depuis plusieurs jours une campagne en Turquie sous le slogan "Où sont passés les 128 milliards" de dollars, la somme qui, selon eux, a "disparu" des réserves de la banque centrale en 2019 et 2020. Sur la défensive, les autorités menaient la chasse cette semaine aux banderoles mentionnant les "128 milliards" qui ont fleuri sur les bâtiments de plusieurs villes du pays, notamment Istanbul et Ankara. Mais elles ne pouvaient enrayer la propagation de cette campagne sur les réseaux sociaux.

M. Erdogan a rompu son silence mercredi en accusant l'opposition de "mentir" et de commettre une "trahison" en suggérant que la banque centrale avait dilapidé ses réserves pour le bénéfice de certaines entreprises proches du pouvoir. "Ils s'accrochent au mensonge des 128 milliards", a grondé M. Erdogan dans un discours à Ankara. Selon le chef de l'Etat, la banque centrale a injecté cet argent pour soutenir l'économie dans un contexte aggravé par la pandémie de nouveau coronavirus. Il a affirmé que 165 milliards de dollars avaient été utilisés depuis deux ans dans ce cadre.

>> A lire aussi - Turquie : Erdogan menace de représailles massives en cas d'attaque d'un navire

"Cet argent n'a pas été donné en cadeau à qui que ce soit ou gaspillé", a insisté le président de la Turquie. "Il a simplement été transféré aux différents acteurs économiques (...) et une grande partie est d'ailleurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’Australie rompt un contrat avec la Chine sur la Route de la Soie, "incompatible” avec sa politique étrangère
Le cri d'alarme d'élus drômois et ardéchois face aux pannes de téléphone
Plan de relance européen de l’économie : en Allemagne, la justice donne enfin son feu vert
Fin de la règle des 10km, réouverture des terrasses… allègement des restrictions en vue
L'action "culottée" de plusieurs boutiques de lingerie pour interpeller le Premier ministre