Turquie: les combats entre l'armée et le PKK auront lieu "partout"

1 / 2
Des experts examinent le site d'une attaque suicide à Ankara, le 14 mars 2016, en Turquie

Les combats entre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et l'armée turque auront désormais lieu "partout", a prévenu l'un des responsables du PKK, Cemil Bayik, dans une interview au Times réalisée avant l'attentat-suicide de dimanche à Ankara.

"Jusqu'à récemment la guerre avec l'armée turque avait seulement lieu dans les montagnes. Puis elle s'est déplacée dans les villes. Maintenant, il y aura des combats partout", a assuré Cemil Bayik au quotidien britannique quatre jours avant l'attentat à la voiture piégée de dimanche soir.

"A ce stade de la lutte, tout ce que nos combattants ont l'ordre de faire sera légitime", a ajouté l'homme de 65 ans lors de cette interview réalisée dans les monts Kandil, bases arrière du PKK dans le nord de l'Irak.

"Les Turcs ont pillé et brûlé tout ce qu'ils pouvaient dans les villes kurdes où des couvre-feux ont été imposés", a-t-il dit. "Alors maintenant, notre peuple a soif de vengeance (...). C'est une nouvelle ère de la lutte du peuple".

L'attentat-suicide qui a provoqué dimanche la mort d'au moins 35 personnes en plein centre d'Ankara n'a pas encore été revendiqué mais il est attribué au PKK par le gouvernement islamo-conservateur turc.

"Notre combat est maintenant existentiel: être ou ne pas être", a assuré Cemil Bayik au Times. "Notre objectif principal est la chute (du président turc Recep Tayyip) Erdogan et de son parti l'AKP. Sans leur chute, la Turquie ne pourra jamais être démocratique".

Le conflit kurde a repris l'été dernier et a fait voler en éclats les pourparlers de paix engagés par le gouvernement avec le PKK fin 2012.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages