Turquie: une chaîne de télévision jugée pro-kurde contrainte de fermer

·1 min de lecture

Moins d'un mois après son lancement, la chaîne de télévision turque Olay TV a annoncé sa fermeture vendredi 25 décembre. Son principal investisseur a décidé de retirer son financement en accusant l'équipe éditoriale de manquer de neutralité et de relayer le point de vue de l'opposition pro-kurde.

Les premières images sur Olay TV sont apparues le 30 novembre dernier, il y a moins d'un mois. C'est en direct, le vendredi 25 décembre, que l'équipe a annoncé la fermeture de cette chaîne.

Selon le directeur exécutif de la chaîne, les journalistes ont tenté de garder leurs distances avec toutes les composantes de la société turque, si polarisée soit-elle. Mais le principal investisseur aurait reçu d'importantes pressions de la part du gouvernement turc, des pressions qui l'auraient amené à retirer ses financements.

Olay TV appartenait en majorité à l'homme d'affaires Cavit Caglar qui est également un ancien ministre. Ce dernier nie avoir été intimidé par les autorités, mais accuse en revanche l'équipe éditoriale d'être trop proche du HDP. Le deuxième parti d'opposition en Turquie est considéré par le gouvernement comme une vitrine du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, une organisation terroriste pour Ankara.

Le HDP rejette ce lien et accuse les autorités de vouloir étouffer ce parti d'opposition par l'arrestation de plusieurs dizaines de ses membres sous couvert d'accusation de terrorisme.

D'autre part, la grande majorité des médias en Turquie appartient à des proches ou des alliés du président Recep Tayyip Erdogan.