En Turquie, le calvaire continue pour le mécène Osman Kavala

·1 min de lecture

La missive, signée de l'écrivain ukrainien Andrei Kurkov, lui est arrivée courant novembre à la prison de haute sécurité de Silivri, à l'ouest d'Istanbul. "Toute votre situation me semble tellement surréaliste que, si je ne savais pas que c'était votre réalité, je supposerais que c'est une histoire de George Orwell. Peut-être avec l'aide de Franz Kafka", écrit l'auteur du Pingouin, fin connaisseur des sociétés post-soviétiques. Cette lettre offre un résumé de la situation ubuesque dans laquelle est plongée l'homme d'affaires et philanthrope turc Osman Kavala, incarcéré depuis 1.144 jours. Et dont le calvaire continue malgré sa comparution ce vendredi, par visioconférence, devant le tribunal d'Istanbul.

Une enquête liée à la tentative de coup d'Etat en 2016

Figure majeure de la société civile turque, le sexagénaire est pris pour cible depuis plusieurs années par le président Recep Tayyip Erdogan, qui l'accuse de chercher à déstabiliser la Turquie. Les projets culturels auxquels il est attaché, portant sur les droits des minorités, la question kurde et la réconciliation arméno-turque, sont autant de sujets que le reis abhorre. Initialement poursuivi pour avoir soutenu les manifestations antigouvernementales en 2013 - le fameux "mouvement de Gezi" - Osman Kavala avait été acquitté en février de ces charges… avant d'être immédiatement placé en garde à vue dans le cadre d'une autre enquête liée à la tentative de coup d'Etat en 2016.

"

Ces accusations ne s'appuient pas sur la moindr...


Lire la suite sur LeJDD