Turquie: une ancienne députée pro-kurde condamnée à 22 ans de prison

·2 min de lecture

En Turquie, l’ancienne députée Leyla Güven a été condamnée ce lundi 21 décembre à 22 ans de prison, reconnue coupable d’appartenance au PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, un groupe considéré comme terroriste par Ankara. La députée avait été déchue de son mandat en juin dernier alors que le gouvernement multipliait les arrestations de députés d’opposition et de journalistes.

Ce lundi 21 décembre, Leyla Güven ne s’est pas rendue au tribunal de Diyarbakir dans le sud-est de la Turquie pour entendre la cour la condamner à 22 ans et trois mois de prison pour « appartenance à un groupe terroriste », le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et propagande en faveur de ses militants. La cour a aussi délivré un mandat d’arrêt.

L’ancienne député kurde est connue pour avoir lancé en 2018 un mouvement de grève de la faim en prison pour qu’Abdullah Öcalan, le leader du PKK, en prison à vie depuis 1999 pour trahison, ne soit plus à l’isolement. Il s’agissait de lui permettre de rencontrer ses avocats et sa famille. Leyla Güven appartient au HDP, un parti de gauche pro-kurde accusé par le gouvernement d’être une « vitrine politique » du PKK, ce que le parti a toujours nié.

Critique de l'offensive turque en Syrie

Pendant sa grève de la faim, Leyla Güven était elle-même en prison pour avoir critiqué l’opération « Rameau d’olivier », la seconde offensive de l'armée turque en Syrie, menée contre le groupe armé kurde YPG [Unités de protection du peuple]. Libérée en janvier 2019, elle est à nouveau arrêtée en juin 2020, déchue de son mandat de député et de son immunité parlementaire.

Selon sa fille, l’ancienne députée est condamnée aujourd’hui pour son travail avec le DTK, une ONG pro-kurde qui, si elle n’a pas été interdite par l’État turque, reste sous surveillance.

► À lire aussi : Turquie: une députée pro-kurde libérée de prison après une grève de la faim