La Turquie accusée d’avoir causé la mort de neuf civils dans le nord de l’Irak

PHOTO/ARI JALAL/REUTERS

Les autorités irakiennes ont accusé la Turquie d’avoir causé la mort de neuf civils irakiens, dont des enfants, dans un bombardement, le mercredi 20 juillet, non loin de la ville de Zakho, dans le nord-est du pays, près de la frontière turque. Un drame qui vient aggraver les tensions entre les deux pays voisins.

L’attaque, qui a également fait une vingtaine de blessés parmi des touristes chiites irakiens en vacances dans le Kurdistan d’Irak, s’inscrit dans le cadre de l’offensive turque menée depuis avril, la quatrième depuis 2019, dans le nord-est de l’Irak contre la guérilla kurde du PKK, qui y a établi ses bases de longue date.

Le Premier ministre irakien, Moustafa Al-Kazimi, a fermement condamné une “violation flagrante de sa souveraineté” par la Turquie, accusée d’avoir effectué des frappes à l’artillerie sur des jardins récréatifs dans la région autonome du Kurdistan.

Et Bagdad, qui a décrété jeudi le deuil national, a rappelé son chargé d’affaires à Ankara et réclamé le retrait des forces turques de son territoire, a indiqué le site kurde irakien Rudaw.

“Sans preuve”

La Turquie a rejeté les accusations irakiennes, imputant les frappes au PKK, rapporte le quotidien turc Sözcü :

“Il s’agit d’une attaque menée par les terroristes [le PKK], mais les autorités irakiennes ont immédiatement et sans preuve accusé la Turquie.”

Ankara compte dans son offensive en Irak sur le soutien tacite du gouvernement régional du Kurdistan irakien, dirigé par le clan Barzani, qui entretient des liens économiques très étroits avec Ankara et s’oppose au PKK, qu’il voit comme un rival politique.

Les autorités centrales de Bagdad, en revanche, condamnent régulièrement les incursions turques et la construction de bases militaires dans la région, déplorant une violation de la souveraineté irakienne.

Plusieurs groupes chiites irakiens se sont rassemblés dans la nuit à Bagdad, notamment devant l’ambassade turque, scandant des slogans hostiles à Ankara et brûlant des drapeaux turcs, précise le quotidien Cumhuriyet.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles