Turquie: 718 arrestations dans les milieux pro-kurdes à travers le pays

·1 min de lecture

Les autorités turques ont annoncé ce lundi 15 février l'arrestation de 718 personnes, dont des dirigeants du parti pro-kurde HDP. Toutes ces personnes sont soupçonnées de liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), à qui Ankara a imputé dimanche la mort de 13 citoyens turcs en Irak.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Şırnak, Ağrı, Diyarbakır, Urfa, Van, Manisa : la police et la gendarmerie turques enchaînent ces derniers jours les coups de filet dans les milieux pro-kurdes à travers le pays. Une quarantaine de provinces – soit la moitié des provinces turques – sont concernées par ces opérations, dont le ministère de l’Intérieur précise qu’elles sont toujours en cours.

Elles visent des bureaux du Parti démocratique des peuples, le HDP, et les domiciles de ses cadres et de militants du parti. Dans un communiqué, le ministère affirme que ces arrestations ont pour but de « mettre au jour les activités de l’organisation terroriste PKK à l’intérieur du pays » et qu’un « grand nombre d’armes, de documents et du matériel numérique appartenant à l’organisation » ont été saisis lors de perquisitions.

Des centaines de membres du HDP, deuxième force d’opposition au Parlement turc, ont été incarcérés depuis 2015, dont d’anciens dirigeants, députés et maires. Le président Recep Tayyip Erdogan cherche à affaiblir cette formation en l’accusant d’être la « vitrine » d’un groupe terroriste, tandis que son allié de pouvoir, le parti ultranationaliste MHP, réclame depuis quelques semaines l’interdiction du parti pro-kurde.

À lire aussi : Le Parti des travailleurs du Kurdistan accusé d'avoir tué treize Turcs retenus en Irak