Le Turkménistan, désertique, affirme planter près d'un demi-million d'arbres en un jour

Le Turkménistan a affirmé lundi 6 novembre 2023 avoir planté près d'un demi-million d'arbres en une journée pour transformer cette république désertique d'Asie centrale en un "jardin fleuri". Mais les rares informations que laissent filtrer ce pays sont cependant généralement invérifiables.

"En ce jour d'automne, tout le pays s'est mobilisé pour cette campagne de plantation d'arbres et 472.071 conifères, arbres fruitiers et feuillus ont été plantés", indique le journal étatique "Turkménistan neutre", porte-voix de ce régime autoritaire.

Le pays a affirmé avoir planté ces dernières années 145 millions d'arbres

L'initiative s'est déroulée samedi, précise le journal. Ces actions pour verdir le pays, qui ont généralement lieu au printemps et à l'automne, "démontrent le haut niveau de culture environnementale dans la société" et "donnent vie au rêve chéri du peuple turkmène : transformer sa terre natale en un jardin fleuri", assure le média. Le texte est accompagné d'une photo du président Serdar Berdymoukhamedov, en tenue de sport blanche et verte floquée "Turkménistan" à côté d'un arbre, prenant une pelletée de terre dans une brouette.

Les autorités ont coutume d'entraîner la population dans des parades géantes ou des actions de masse, dans la lignée du culte de la personnalité mis en place par Gourbangouly Berdymoukhamedov, le père du dirigeant actuel, friand de records. Le pays avait ainsi déjà affirmé avoir planté ces dernières années 145 millions d'arbres.

Lire aussiArbres : les avantages du mélange d'essences

Des informations généralement invérifiables

Les rares informations que laissent filtrer le Turkménistan sont cependant généralement invérifiables, le pays se trouvant dans les tréfonds du classement de Reporters sans frontières pour la liberté de la presse.

Mais le pouvoir reconnaît désormais l'urgence d'agir face au changement climatique en Asie centrale, région où les conséquences y sont particulièrement ressenties. Et l'eau manque déjà dans cette ex-république soviétique riche en ressources naturelles bordée par la mer Caspienne et recouverte par le désert du Karakoum.

"Nous avons l'intention de moderniser les systèmes d'approvisionnement et de distribution d'eau dans notre pays et nous attachons de l'importance aux partenariats régionaux et [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi