Turcs en Allemagne : «Il serait fatal de faire une leçon de démocratie à ceux qui soutiennent Erdogan»

Libération.fr
Des supporteurs d'Erdogan à Berlin, dimanche.

Le politologue Roy Karadag analyse les résultats du référendum constitutionnel parmi les citoyens turcs vivant en Allemagne, majoritairement favorables à la réforme voulue par Ankara.

Plus de 63% des Turcs vivant en Allemagne ont voté oui au référendum de dimanche sur la réforme constitutionnelle en Turquie, voulu par Raccip Tayyip Erdogan, avec une participation de 48% sur les 1,4 million d’électeurs potentiels. Une majorité nette par rapport à la Turquie, où le oui s’est établi à 51,4%. Roy Karadag est politologue et directeur scientifique de l’Institut des études interculturelles et internationales à l’université de Brême.

Comment expliquez-vous ce résultat ?

Les travailleurs immigrés qui sont arrivés en Allemagne avant 1980 ne sont pas très politisés. Ils veulent une image forte de la Turquie et selon eux, Erdogan l’incarne. Contrairement à ceux qui ont quitté la Turquie après 1980 pour des raisons politiques – des gens de gauche, des Kurdes, des Alévis – qui ont voté plus majoritairement non. En Suisse, l’immigration turque est arrivée seulement après 1980, ce qui se reflète dans le résultat : seulement 38% ont voté oui. Pour revenir au vote en Allemagne, beaucoup n’ont pas analysé le texte du référendum mais ont voté oui pour renforcer la figure d’Erdogan qui incarne l’unité nationale. Comme il n’y plus de liberté de la presse en Turquie, les médias donnent une image très positive de lui [beaucoup de Turcs d’Allemagne s’informent directement via les médias turcs, ndlr]. Les supporteurs d’Erdogan se voient comme des gagnants. Cette sensation renforce plus l’identité collective qu’un débat sur la démocratie et la liberté.

On parle d’une société profondément divisée en Turquie. Est-ce vrai aussi pour les Turcs en Allemagne ?

Oui, tout à fait. Les questions politiques déchirent la communauté turque dans ce pays. Depuis le putsch en juillet, il n’y a plus de débat parmi les Turcs d’Allemagne. Beaucoup font attention à ce qu’ils disent en public et mettent en avant (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Etats-Unis: le meurtrier présumé sur Facebook s’est suicidé
Royaume-Uni, attentat déjoué, Turquie : l'essentiel de l'actualité de ce mardi
Espagne: Rajoy cité comme témoin au procès d’un réseau de corruption
Référendum turc: Ankara rejette l’appel de l’UE à une enquête
Etats-Unis: le meurtrier présumé sur Facebook toujours en fuite

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages