Tunisie : publication au journal officiel de la liste des victimes de la révolution

·1 min de lecture

Réclamée de longue date, la liste des victimes de la révolution de 2011 comporte les noms de 129 morts et 534 blessés. Trois fois moins que la liste publiée par la première commission. Les victimes oscillent entre satisfaction et regret de ne pas voir progresser la justice.

Avec notre correspondant à Tunis, Michel Picard

Blessé la veille du départ de Ben Ali, Omar Idoudi attendait la liste avec impatience. Une liste où, il a vérifié, figure bien son nom : « Oui, bien sûr, blessé numéro 325. »

Cette publication au journal officiel devrait s’accompagner d’indemnisations, de prises en charge. « On a le droit d’aller à l’hôpital militaire, gratuitement, à vie. Moi, bientôt je vais faire une opération, j’ai encore des clous dans la main droite. »

L’octroi de compensations sur la base d’une liste indépendante du travail judiciaire risque d’affaiblir la recherche de la vérité, estime Sofyane Farhani. Porte-parole de l’association des familles de victimes, il a perdu son frère dans la révolution tunisienne.

« Pourquoi la liste ? Pour honorer qui ? Les victimes ? Mais il n’y a pas de réconciliation sans justice. Et la justice n’est pas faite. Il y a des criminels qui sont dans la rue, qui sont dans la rue et qui ont bénéficié de la grâce présidentielle. »

Officiellement, la liste comprend les noms des personnes tuées ou blessés entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011.